La Suède : premier État de l'UE à reconnaître la Palestine

Article publié le 30 octobre 2014
Article publié le 30 octobre 2014

La Suède est devenu le premier État membre de l'Union européenne à reconnaître la Palestine comme nation indépendante. Le Royaume-Uni a bien tenté cette avancée, avec moins de succés.

La Suède a agréablement surpris la Communauté internationale en reconnaissant l'État de Palestine. À l'initiative de cette décision : le tout nouveau Premier ministre, Stefan Löfven, qui a pris ses fonctions le 3 octobre.  La ministre suédoise des Affaires Etrangères, Margot Wallström, n'a pas caché son indifférence envers les critiques de l'Union européenne, arguant que « les États-Unis n'ont pas à définir notre politique ». Tout le monde sait que Washington ne veut pas que la Palestine soit considérée comme un État à part entière.

Grahame Morris, membre du Parti Travailliste, avait demandé aux membres du Parlement britannique de voter une motion dans le même but : la reconnaissance de la Palestine. Ce, en réaction à un des très récents conflits à Gaza, qui a tué 2 100 palestiniens et 73 Israéliens. 

Cependant, le Premier ministre David Cameron s'est abstenu lors du vote pour reconnaître la Palestine. « J'ai été très clair sur la position du gouvernement à ce sujet et elle ne changera pas », a rapporté le porte-parole de Cameron. Bien que l'initiative du Parti Travailliste ait un impact symbolique à l'international, le vote de Westminster n'aura aucune légitimité au sein du gouvernement britannique et la probabilité de changer la politique officielle reste mince. Toutes les nations qui ont reconnu la Palestine en tant qu'État doivent également engager un processus de négociations bilatéral avec Israël pour définir les frontières de ce qui devrait être le territoire arabe - ce qui n'arrivera pas avec le Royaume-Uni. 

En tout, 130 pays ont actuellement reconnu la Palestine, principalement en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud. Dans l'UE, quelques nations comme la Hongrie, la Pologne et la Slovaquie ont reconnu la Palestine mais ils l'ont fait avant de rejoindre l'Union. Ce qui fait de la Suède le premier État membre à reconnaître la Palestine. Les Palestiniens se sont battus pendant des dizaines d'années pour obtenir l'indépendance de la bande de Gaza. Des 193 États membres des Nations unies, on en compte 134 qui ont reconnu l'État de Palestine au 27 septembre 2013. La reconnaissance de la Palestine est l'ambition première de l'Organisation de Libération de la Palestine depuis que Yasser Arafat a proclamé la Déclaration d'Indépendance le 15 novembre 1988, il y a presque 26 ans.  

En 2012, les Nations unies ont approuvé la reconnaissance de facto d'un État palestinien. Concernant cette loi officielle, 138 pays ont voté pour, neuf contre et 41 se sont abstenus. La Belgique, le Portugal, l'Espagne, la Suède et d'autres pays européens ont voté pour. La République Tchèque a été le seul pays d'Europe à se ranger du côté des États-Unis, d'Israël, et du Canada, entre autres, et à voter contre la reconnaissance de la Palestine. Les pays de l'UE qui se sont abstenus sont : la Bulgarie, l'Estonie, l'Allemagne, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, les Pays-Bas, la Pologne, la Roumanie, la Slovaquie, la Slovénie et le Royaume-Uni. Après étude, il n'a pas été clairement établi pourquoi la Hongrie, la Pologne et la Slovaquie, qui avaient, les premiers, reconnu la Palestine (avant de faire partie de l'UE), se sont finalement abstenus lors de l'Assemblée Générale des Nations unies. Malgré les efforts, il y a encore du chemin à faire avant que les Palestiniens ne reçoivent l'honeur et la dignité qu'ils méritent. Quoiqu'il en soit, ce petit pas en avant fait par la Suède est un grand pas pour le peuple arabe de Palestine, leur donnant l'une des choses les plus importantes - un espoir pour l'avenir.