La réforme des retraites vue d'Allemagne (Electorallemand)

Article publié le 24 octobre 2010
Publié par la communauté
Article publié le 24 octobre 2010
La presse allemande adore les grèves en France, ça permet de ressortir les gros clichés sur ces voisins qui descendent dans la rue pour un oui ou pour un non. Mais, en réalité, c’est plus sur le divorce entre Nicolas Sarkozy et son peuple que se penchent les journaux allemands.

(Article publié le 23 octobre 2010 sur le blog Electorallemand)

A chaque mouvement de grève en France, c’est la même chose. Je reçois des commentaires : « Alors, encore bloqué ? » « Dis donc, ils en manquent pas une, les Francais ». » La retraite à 62 ans ? ridicule ». Cela a d’ailleurs été un peu le mot d’ordre du tabloïd Bild qui se disait : Nous, on n’a bien réussi à passer à 67 ans et regardez notre économie. Alors 62 ans, bonjour. Mais, en réalité, sortie de ces clichés un peu lourdauds, la presse allemande suit avec attention ce qui se passe en France pour plusieurs raisons.

Manifestations anti-Sarkozy

La plupart des journaux allemands voient en effet dans le conflit actuel une énorme vague de protestation contre le président francais. « Sarkozy s’oppose à son peuple » titre le magazine Spiegel. « La révolte des mécontents » pour la F.A.Z. Et le journal de Francfort de commencer par une comparaison historique : « Les gouvernants francais n’ont pas toujours été à la hauteur de leur temps. Le jour de la prise de la Bastille, le 14 juillet 1789, Louis XVI écrivait dans son journal : « rien ». Sous les lustres dorés de son ministère, le ministre des transports Dominique Busserau déclare aujourd’hui : « il n’y a pas de manque de carburants » « . Le site de l’hebdomadaire Die Zeit est encore plus explicite : « Les manifestations actuelles ne concernent pas les retraites. Le peuple se sent floué par Nicolas Sarkozy. Mais celui-ci ne peut plus faire marche arrière ». Même ton pour le professeur Etienne Francois qui explique dans la Bild Zeitung que « Les Francais ne sont pas aveugles, ils savent bien qu’il faudra augment l’âge de la retraite. Les manifestaions actuelles concernent la facon dont la réforme s’est effectuée et la position têtue de Nicolas Sarkozy ». Le quotidien berlinois Tagesspiegel prend même position : « Sarkozy doit rester ferme » sur cette réforme. » Si il arrive à tenir sa position, ce serait le signe d’un nouveau départ » avant de rajouter de rajouter le même constat que ces confrères : « le problème n’est pas l’impopularité de la réforme, mais celle de Nicolas Sarkozy lui-même« .

Bouclier fiscal, Bolloré, Bettencourt

Le journal Die Welt ( du groupe éditorial Springer) souligne que, outre la réforme actuelle, c’est surtout le fossé qui se creusent entre les plus riches et les plus pauvres qui fait sortir les Francais dans la rue. Le bouclier fiscal ou les vacances de Sarkozy sur le yacht de M.Bolloré ont convaincu les Francais que le président « est un ami des riches » écrit le journal. Cependant, celui-ci répète dans son article que les grèves ont actuellement des conséquences économiques importantes, en prenant l’exemple des entreprises touchées dans la région de Marseille. Le journal Die Zeit cite évidemment également l’affaire Bettencourt pour expliquer que « Nicolas Sarkozy ne cache pas sa proximité de l’élite financière« .

Pendant ce temps, à Sttutgart

Si la presse allemande ressort beaucoup moins que d’habitude les clichés sur les manifestations francaises, c’est qu’ils savent bien que le contraste Allemands disciplinés vs. Francais râleurs ne fonctionne pas (ou plus, c’est comme on veut). En effet, l’Allemagne assiste actuellement à d’impressionnantes manifestations à Sttugart, la capitale de la région très prospère du Bade-Wurttemberg. Ici, si des centaines de milliers de personnes sont dans la rue depuis des semaines, ce n’est pas pour se battre contre la retraite à 67 ans ou pour de meilleurs conditions sociales (chômage à moins de 5 % dans la région). Non, ici, jeunes et moins jeunes ont un autre but pour crier leur haine face au gouvernement local : la construction d’un nouvelle gare. La nouvelle gare souterraine à Stuttgart est devenue le sujet principal de la région et presque du pays qui se demande comment ce dossier a pu prendre une telle ampleur. Dans ce contexte donc, plus difficile d’aller reprocher aux Francais de se battre pour leurs retraites.

Sébastien VANNIER