La première semaine des Affaires étrangères sous la nouvelle Commission

Article publié le 15 janvier 2015
Article publié le 15 janvier 2015

Dans un contexte européen agité, l’Ukraine, la mission Eulex-Kosovo, le conflit israëlo-palestinien et la Libye auront marqué les premiers pas politiques de Mogherini en tant que Haute Représentante.

Une semaine après sa prise de poste, la Haute Représentante aux Affaires Etrangères de l’Union européenne Federica Mogherini a déjà réalisé ses premiers pas sur la scène politique européenne, pour le moins tendue. Pour commencer, Mogherini a condamné les élections tenues dans les régions indépendantistes dans l’est de l’Ukraine, juste après les élections législatives donnant vainqueur le parti pro-occidental. Dans les faits, l’UE ne peut pas reconnaitre des élections tenues dans une région en conflit où elle n'est pas officiellement représentée. La Haute Représentante a également exprimé la position de l’Europe sur le scandale de corruption concernant Eulex, la mission menée par l’Union européenne pour promouvoir l’Etat de droit au Kosovo. Cette affaire de corruption fait référence aux documents qui ont fuité révélant que des hauts responsables de la Mission auraient accepté des pots-de-vin venant du milieu criminel afin de classer certains dossiers. En réaction, Mogherini a décidé de réaliser une enquête indépendante, débutant une investigation après que deux hauts représentants d'Eulex ont refusé de donner de plus amples informations concernant les accusations de corruption. En accord avec cette décision, Gabriele Meucci, le chef de mission d’Eulex a affirmé la volonté de la Mission à coopérer et à apporter toute son aide à l’autorité en charge de l’enquête.

Lors de son premier voyage official à Jérusalem et Ramallah, le 6 novembre 2014, la chef de la diplomatie européenne a invité Israël à « infirmer » la décision de sa dernière expansion coloniale. Il était ici question de la colonie de Ramat Shlomo, dont les habitations sont très proches du territoire palestinien « Beit Hanina », à Jérusalem-Est ; une porte ouverte aux frictions très probables entre les deux communautés rivales. La Haute Représentante européenne a annoncé que « la volonté politique de reprendre les négociations de paix » devait être la position à adopter afin d’améliorer les relations entre Israël et la Palestine.

La première semaine officielle s’est conclue avec la déclaration de Mogherini, affichant le soutien sans réserve de l’Union européenne aux efforts du Représentant Spécial du Secrétaire général des Nations Unies, Bernadino Leon, visant à promouvoir et à encourager une solution politique en Libye. « L'UE demeure résolue à aider la population libyenne à trouver des moyens politiques pour résoudre la crise et assurer l'unité, la gouvernabilité et la mise en place d'institutions afin de bâtir un avenir de paix et de stabilité pour l'ensemble des Libyens » a indiqué la Haute Représentante aux Affaires extérieures.