La Pologne danse avec les stars : retour sur la vidéo de promotion de sa présidence

Article publié le 30 juin 2011
Article publié le 30 juin 2011

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Le 1er juillet, la Pologne prendra la tête de la présidence du Conseil de l'Union européenne pour une période de six mois. À cette occasion, le ministère des Affaires étrangères, Radoslaw Sikorski, a demandé de préparer une animation symbolique qui montre le rôle de la Pologne dans la création de la Communauté européenne.
Le spot a été réalisée par Tomasz Baginski, nominé aux Oscars en 2003 dans la catégorie « meilleur court métrage d’animation » avec The Cathedral et, vainqueur du BAFTA en 2006 avec Fallen Art.

L’espace est un élément clé de l’animation. L’entourage européen est moderne, mais froid, plein de maisons en verre, tout comme les bâtiments de l’Union. Sur une place dépeuplée, (tout le monde travaille dur dans les bureaux) l’Europe, aliénée, est assise, entourée par cette « bizarchitecture ». Du coup, du côté de l’Est, un jeune homme apparait. Son corps bien fait et bien musclé, nous rappelle le fameux plombier de l’affiche, qui autrefois promouvait les travailleurs polonais.

Voir la version longue du spot de promotion

Durant la conférence consacrée à la présentation de l’animation, qui a eu lieu le 27 juin 2011, Tomasz Baginski a expliqué que « c’est le Polonais qui initie des événements, c’est lui qui change la réalité. » D’après le réalisateur, la danse est un bon moyen de montrer le changement, de montrer l’idée de la présidence dans le monde actuel, via plein de symboles, d’allégories et de connotations poétiques.

La base de l’animation comporte la danse de Janja Lesar et de Krzysztof Hulboj, des participants des programmes populaires (Danse aves les stars, You can dance). La chorégraphie a été préparée par le Cubain, Augustin Egurrola, un célèbre chorégraphe polonais. Et pour le fond sonore a été choisie la valse, mais à la sauce contemporaine. « Nous avons voulu que la musique unisse des éléments typiques de la Communauté européenne, de la Pologne et de la musique populaire contemporaine. La valse est l’une des danses les plus connues et les plus répandues en Europe. Des parties en piano nous font penser à la musique de Chopin et la dynamique contemporaine fait référence à la musique moderne », ajoute Adam Skorupa, l’auteur de la bande sonore.

Vox-Pop: Les opinions des jeunes Polonais

Filip, 22 ans

« Avec tous les moyens techniques et avec un tel budget, ils ont pu payer les auteurs pour qu’ils fassent quelque chose avec ce projet. C’est de l’argent jeté par les fenêtres. Nous ne savons pas à qui s’adresse cette animation. Pour de jeunes européens? Pour des hommes politiques? Pour Monsieur X ? En Pologne, nous en avons marre de la danse avec les stars etc. Jusque dans le frigo nous avons l’impression de retrouver Egurrola. »

Aleksandra, 26 ans

« Elle est pauvre cette Europe et si seule! Mais le Polonais avec son tempérament du Sud (est-ce que j’ai déjà vu le tango et le paso doble dans cette chorégraphie ?) la réchauffera… Il arrive de l’Est… Un blond en chemise rouge moulante (un Polonais typique) la prend par derrière comme un homme politique prend une femme de chambre. Il tourne autour d’elle et il se hérisse. Et elle, elle dit NON ! Alors qu’en réalité elle pense le contraire ! Et à ce moment-là, il caresse son cou et dit : You can dance !... Difficile de savoir qui a fait ce film. »

Andrzej, 20 ans

« C’est bien que l’on ait engagé des personnes qualifiées pour créer ce projet (je parle de Baginski et Egurrola par exemple). Par contre, je pense que la forme dépasse le contenu. Les animations sont jolies, plastiques. La musique ça va. Mais il manque dans tout cela de la profondeur et un message. Il est clair qu'il ne faut pas y mettre de hussarde (nom donné à une danse hongroise, ndlr), du Pape, du Chopin et du Copernic, mais nous aurions pu faire quelque chose de plus original. »

Ignacy, 33 ans

« Selon la présidence polonaise, il faudrait faire une « Inception » autodestructive des idées, avec laquelle il est difficile de convaincre le reste de l’Europe. »

Dominika, 30 ans

« Un beau dessin. Il faut dire que l'animation de Baginski impressionne et la musique invite à la danse. Mais, est-ce qu’en regardant pour la première fois cette chatoyante miniature de la Pologne qui bâtit cette communauté européenne, chaque Polonais comprendra qu’il s’agit vraiment de la Pologne ? Est-ce qu’il se reconnaitra à travers de cette animation ? Ou pensera-t-il plutôt à Danse avec les stars ou You can dance ? Où est-il l’esprit polonais dans tout cela ? Moi, en tout cas, en regardant pour la première fois l’œuvre de Baginski, je n’ai même pas pensé à la Pologne… »

Lukasz, 29 ans

« Où est-il l’esprit polonais dans tout cela ? Moi, en tout cas, en regardant pour la première fois l’œuvre de Baginski, je n’ai même pas pensé à la Pologne… »

« Quel horreur ! Je n’aurais jamais su que c’était un spot pour promouvoir la présidence polonaise. Je n’aurais pas deviné. Et je suis sûr que les personnes qui n’étaient pas au courant, ne sauront pas de quoi il s’agit. Peut-être d’une école de danse ? Nous pouvons critiquer ce film pendant des heures et des heures. Une musique mélancolique, qui n’a rien à voir avec des sentiments forts, positifs. Une erreur de plus en ce qui concerne les questions d’image. La présidence a pour but d'influencer la suite des événements, prévoir, prendre la tête et elle ne peut pas nous faire penser à un film mélancolique, plein de romantisme, datant des débuts de l’animation par ordinateur. »

Video: (cc) SoInteractiveChannel; futureshorts/Youtube;