La Playlist européenne de la semaine : rêves américains

Article publié le 5 septembre 2014
Article publié le 5 septembre 2014

Depuis que ChristopheColomb est tombé sur les côtés américaines – du Canada jusqu’à l’Argentine – celles-ci n’ont cessé d’ensorceler l’Europe. Appelez cela de l’amour ou du désir, cela fait maintenant plus de 500 ans que le nouveau monde inspire les rêveurs européens, les aventuriers, les baroudeurs.

Canada-Milow (2009)

Un requiem pour ceux qui rêvent de gloire dans le grand nord. 

L'Amerique-Joe Dassin (1970)

Cet hymne au rêve américain nous renvoie aux espoirs qu’ont portés de nombreuses générations de migrants européens.

Natalia w Bruklinie-El Dupa (2010)

Une jeune fille polonaise rêve d’une vie meilleure, dans des contrées lointaines.

Tu Vuò Fa' L'Americano-Renato Carsone (1958)

Les Italiens et leurs descendants constituent l’une des plus grandes diasporas au monde, avec une culture qui influence grandement le nouveau monde.

No hay marcha en Nueva York-Mecano (1988)

L’envers du rêve américain : le choc culturel ainsi que les problèmes de communication ont conduit notre héroïne, désenchantée, à s'en retourner chez elle.

Amerika-Rammstein (2010)

Critique de l’univers moderne de l’américanisation.

Englishman in New York-Sting (1987)

Sting nous expose les différences entre Britanniques et Américains et la vie d’un aliène vivant aux Etats-Unis.

Leyenda negra-Antonia Font (2012)

Le groupe espagnol ne fait pas d’impasse au sujet de la réalité tragique de la colonisation européenne : le génocide de presque toute la population indigène américaine.

Ma cabane au Canada-Line Renaud (1947)

Dans ce classique français, le Canada est présenté comme un pays idyllique, où la nature n’a pas subi les revers de la modernisation.