La place des femmes dans le changement climatique, le Parlement européen prend position

Article publié le 2 mai 2012
Article publié le 2 mai 2012
Par Lucie Dupin PNR - Passagers Name Record - . Voilà un acronyme sur toutes les lèvres lors de la dernière session plénière du Parlement européen. Organiser le transfert des données des passagers aériens de l’Union européenne vers les Etats-Unis, c’est ce que défend ce texte. Controversé, il a été adopté à une large majorité par les Eurodéputés.
Pourtant, lors de cette même session, un rapport a fait beaucoup moins de bruit, « Les femmes et le changement climatique », ou comment repenser la place des femmes dans la « société verte » ?

Le Sommet de la Terre, Rio+20 s’ouvre d’ici quelques semaines. Occasion pour le groupe des Verts au Parlement européen de pointer du doigt la place et le sort réservé aux femmes dans le changement climatique et la prise en compte du développement durable. Nicole Kiil Nielsen, eurodéputée EELV, est rapporteure du texte Les femmes et le changement climatique. Selon elle, « il compile des chiffres statistiques encore méconnus. Il souligne, par exemple, que 70 % des êtres humains vivant avec moins d'un dollar par jour sont des femmes et que ces dernières représentent 90 % des personnes décédées dans les suites des catastrophes climatiques à l'image des grandes inondations au Bangladesh en 1991 ». Selon une étude de la London School of Economics et de l’Institut Max Planck, les femmes auraient ainsi 14 fois plus de risque que les hommes de mourir lors d’une catastrophe naturelle.

Ainsi, au niveau mondial, les femmes sont les premières victimes des bouleversements climatiques, notamment en raison de leur activité économique liée à l’agriculture. Pourtant celles-ci sont aussi considérées comme un puissant vecteur social dans la diffusion des bonnes pratiques environnementales au quotidien. Mener en parallèle lutte contre les discriminations et lutte contre le changement climatique, c’est donc l’idée au cœur de ce rapport. Il prône notamment un quota de 40% de femmes dans les délégations européennes et les instances de financement des politiques climatiques, des politiques d'enseignement qui encouragent l'accès des femmes aux postes techniques et scientifiques.

Dans un contexte où le changement climatique tend à creuser les inégalités économiques et sociales entre hommes et femmes, c’est la première fois que le Parlement européen publie un rapport à ce sujet. Les propositions mises en avant ont fait écho parmi les associations de défense des droits des femmes et de l’environnement.

Image : S. Hofschlaeger / pixelio.de

En espagnol