La « Museum night fever » : une nuit au musée

Article publié le 11 mars 2009
Article publié le 11 mars 2009
La deuxième édition de « Museum night fever » a attiré à Bruxelles plus de 6000 personnes venant de partout en Europe. Cette année la nuit des musées s’est déroulée le soir du 7 au 8 mars. 14 musées ont ouvert leur porte de 19h à 01h pour accueillir les milliers de visiteurs attendus.

Article écrit par Valya Ivanova

Hormis l’exposition permanente il y avait partout un programme spécial pour une soirée de concerts, de performances « live », de théâtre, de films, et de danse. Des étudiants de la Haute École Libre de Bruxelles et de la Hogeschool Universiteit Brussel participaient dans l’organisation de cet évènement pour garantir un accueil optimal.

Un bus-navette circulait toutes les dix minutes de musées en musées pour faciliter les visites. De plus, de nombreuses auberges de jeunesse, et hôtels partenaires, étaient prêts à accueillir les flots de touristes venus pour l'évènement.

museum_night_fever.jpg Dancefloor improvisé aux « Bozar »

Après la longue promenade culturelle, les mélomanes se sont défoulé sur le dance floor improvisé de « Bozar » jusqu’à 3 h du matin. Cet évènement a notamment été organisé avec le concours du Conseil Bruxellois Des Musées.

Un musée qui m’a particulièrement marqué est le Musée d’art fantastique. Un endroit étonnant, niché dans une maison patricienne de la rue Américaine, à deux pas du musée Horta. Certes modeste par sa taille, il peut néanmoins rivaliser avec beaucoup d'autres, tant son concepteur, Michel Dircken, a soigné les moindres détails de la présentation en offrant sur trois niveaux de visite un aperçu parfois baroque, parfois pointu et souvent surréaliste du monde fantastique. Un endroit bouillonnant, où alterneront expositions temporaires et collections de fond.

Euphorie et soif de culture

Situé au cœur de Bruxelles, au Quartier des Arts, place Royale, le MIM, Musée des instruments de musique m’a plus particulièrement impressionné pour plusieurs raisons. Tout d’abord le cerveau humain géant qui dominait le toit et dont la terrasse offre au public un panorama exceptionnel de la ville. Après quoi je suis restée ravie de l’exposition permanente d' instruments uniques venus du monde entier que l'on peut voir et entendre en même temps. Pour finir un groupe de quelques musiciens m’a transporté dans mon pays par leurs mélodies balkaniques.

J’ai tout de suite pensé à la Nuit des musées en Bulgarie, qui aura lieu au mois de mai pour sa troisième édition à Sofia. La même euphorie et le même enthousiasme, la même soif de culture envahissent le visiteur d’une force inexplicable. L’organisateur principal en Bulgarie est l’Institut Français de Sofia, qui occupe d’ailleurs une place centrale de la vie culturelle dans la capitale bulgare.

Crédit photo quarsan/flickr