La marche des pieds nus : les Italiens défilent pour les réfugiés

Article publié le 16 septembre 2015
Article publié le 16 septembre 2015

[GALERIE] Le 11 septembre, de nombreuses villes italiennes ont participé à la Marche des femmes et des hommes pieds nus, en solidarité avec les réfugiés et les migrants. 

« Il est temps de décider de quel côté on se trouve », voilà ce que l'on peut lire sur le manifeste de la Marche des pieds nus, une initiative lancée par des artistes et des acteurs de la culture comme geste d'ouverture et de sensibilisation à la crise des réfugiés. Des association de bénévoles, des organisations du troisième secteur et de simples citoyens ont signé l'appel public et se sont mobilisés dans des dizaines de villes italiennes.

De la Mostra de Venise à Palerme

Du tapis rouge de la Mostra de Venise (lieu choisi par les premiers organisateurs) jusqu'à Palerme, beaucoup de manifestants étaient pieds nus, comme la majeure partie des hommes et des femmes qui arrivent en traversant la Méditerranée ou la mer Égée à bord d'embarcations et de bateaux pneumatiques. Ou comme ces migrants qui arrivent avec des chaussures usées, bonnes à jeter après des kilomètres et des kilomètres de chemin sur les routes des Balkans et de l'Orient.

« Nous sommes du côté des hommes pieds nus. De ceux qui doivent mettre leur propre corps en danger pour pouvoir espérer vivre ou survivre », poursuit la lettre ouverte. Les rédactions locales de cafébabel ont suivi les cortèges dans les différents chefs-lieux : des places Renaissance de Florence, en passant par les rues de Naples et de Milan, jusqu'au port de Palerme, « une des nombreuses rives de la Méditerranée, qui signifient souvent le salut et qui ont toutes la même couleur grise et anonyme pour celui qui arrive d'une autre partie du monde ».

Florence

Naples

Palerme

Milan