La lutte de l'Etat d'Israël pour que personne ne se souvienne

Article publié le 8 septembre 2007
Publié par la communauté
Article publié le 8 septembre 2007
L'histoire ottomane et les preuves physiques de la présence d'un autre peuple avant la création de l'Etat d'Israël sont systématiquement effacées par le gouvernement. Elles sont restées cependant dans la mémoire de la population arabe. A JERUSALEM, 16/07/2007 – Depuis trois jours que je suis en Israël, le mot Nakba a fait sens pour moi. C'est un fantôme qui plane sur les villes israéliennes.
L'expression signifie "la catastrophe" et se réfère à la création de l'État d'Israël en 1948, quand 60% de la population palestinienne est devenue un peuple d'exilé. Beaucoup de villages ont été détruites, et le rêve palestinien du retour est si fort que quelques personnes possèdent encore les clés de chez eux et les papiers de l'époque ottomane qui prouvent leurs possessions. On peut même apercevoir ses traces à Tel Aviv, il suffit de savoir bien voir.

Lod, au centre d'Israël, par exemple. On a essayé de m'expliquer comment la ville était il y a 50 ans, mais il me semble impossible de s'en faire une idée. Quand je regard autour de moi, des décombres, des maisons abandonnées, des amas d'ordure, je ne peux pas reconstituer dans ma tête l'image de l'ancienne capital économique de la Palestine, avec des hôtels mamelouks et ottomans des siècles passés, où des arabes chrétiens et musulmans ont partagé le même espace entre des églises et des mosquées.

J'ai échangée quelques mots avec le patron d'un bar, qui m'a parlé après m'avoir vu regarder - avec, on va dire, une attention spéciale – le match Brésil-Argentine à la télé. Il m'a montré un journal arabe et m'a dit que dans cette édition ils racontent ce qui s'est passé la-bàs il y a 59 ans. Le titre, Lod et Ramla: une histoire de morts. À 35 ans, il a grandit en entendant ce cas: juste à côté, il y avait une mosquée qui a été réouverte récemment et où les habitants affirment avoir été témoins d'un massacre de 250 arabes. Pour que la mosquée puisse être réouverte, l'administration israélienne a imposé une condition: il fallait que les gens nettoient les murs qui ont gardés les traces de sang et qu'il n'en parlent plus jamais. Ils l'ont nettoyé, mais pas oublié.

En effet, une ville voisine a été baptisée du même nom que la milice responsable de cette tragédie, Beitar. Une provocation répugnante, pour eux.

Ce qui est resté d'un hôtel ottoman et d'une ancienne manufacture d'huile d'olive accumule des ordures. Si ce n'est pas pire, une volontaire de l'association "Souvenir de la Nakba", explique que les étudiants ont fait un travail de groupe pour le nettoyer. Toutes les demandes faites a l'administration israélienne ont été ignorées. Quelqu'un a dit que, si le monument portait n'importe quel symbole juif, il serait rapidement entouré d'une grille, nettoyé et protégé. Le sentiment – qui n'est pas si irréel, est qu'ils veulent effacer de l'Histoire tout ce que montre qu'un autre peuple y a vécu avant 1948.

Quelques mètres après, on change de quartier. Mais il semble que l'on a changé de monde. Au lieu du sol de terre plein de trous, des ordures dans les rues, de la décharge à ciel ouvert avec une huile toxique jetée par l'usine à côté, des rames de train sans protection pour les piétons, des rues sans trottoir où les enfants jouent (parce qu'il n'y a pas d'autre endroit pour jouer), au lieu de tout ça, un quartier très propre, boisé et fleuri. Un quartier juif.

Ils paient les mêmes impôts, mais l'Etat n'est pas présent de la même manière aux deux endroits. On devient perplexe lorsque l'on aperçoit un mur que divise les deux mondes, mais quelqu'un répond: nous ne sommes pas en Cisjordanie, mais ceci est un mur de séparation. Il a été construit avec l'argent de l'Etat, pour les habitants juifs.

À Ramla, pas très loin de Lod, les noms des rues ont été toutes rebaptisés en reprenant des noms de personnalité et de faits propre à la culture juive. En détruisant les symboles – ou en les laissant se détruire seul, avec le temps – l'Etat d'Israël favorise la judaïsation de plusieurs villages. Le Centre Culturel Mosaique, qui mène des activités contre la discrimination et pour la diversité, a demandé au Maire de changer quelques noms pour rendre hommage à des personnages arabes. Le volontaire a eu honte de reproduire ce qu'il a répondu. Moi aussi, j'ai honte de l'écrire.

Uri Davis, un juif israélien qui travaille dans ce Centre, rappelle que le racisme est institué par loi dans l'Etat d'Israël. Il dit que, selon la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, chaque personne a le droit de vivre où elle choisit, et, si elle veut sortir du territoire pour quoi que ce soit, elle a le droit de pouvoir y revenir. Si, malgré tout ce que l'on fait pour que la vie soit rendue insupportables là-bas, les arabes résistent et décident d'y rester, son travail est de soutenir les gens qui n'ont pas choisis le "bon endroit" pour vivre. Et ce n'est pas un travail facile.

Fernanda Campagnucci