“La Liberté et rien d'autre”, une semaine pour la Syrie

Article publié le 18 avril 2013
Article publié le 18 avril 2013
Par Nina Tsiklaouri Du 15 au 23 avril, Strasbourg organise une semaine de soutien au peuple syrien. L'ouverture de l'événement a été marquée par le vernissage ce lundi 15 avril de l'exposition “La liberté et rien d'autre”.

Il arrive parfois qu'on soit mis en présence de faits et situations qui suscitent en nous la honte d'être si bien chez nous en Europe et de se désoler pour des soucis qui ne le sont pas toujours. C'est ce sentiment que fait naître l'exposition “La liberté et rien d'autre”. Elle présente la révolution syrienne à travers des affiches, photos et caricatures. Le soulèvement syrien s'est mis en marche il y a plus de deux ans en mars 2011 et aujourd'hui, il faut reconnaître, le sujet s'est quelque peu banalisé. On oublie que la Syrie c'est aussi autre chose que la guerre, un pays riche d'une culture méconnue.

Cette semaine de soutien au peuple syrien part de l'initiative de l'association Alsace-Syrie, créée en juin 2012 mais ayant déjà fait preuve d'un solide engagement. Le travail de l'association se résume par deux types d'actions, le premier étant évidemment l'activité humanitaire. Grâce aux dons de la communauté maghrébine et d'Alsaciens, l'association a pu acheminer aux victimes une aide de première nécessité d'un montant de 10 000 euros. Elle leur a également fait parvenir deux camions de médicaments. L'autre part de l'engagement d'Alsace-Syrie se traduit par les actions menées, notamment une manifestation prévue devant le Parlement européen ce jeudi 18 avril. A travers les différents événements programmés, cette semaine de soutien sera l'occasion de mieux comprendre la situation actuelle de la Syrie ainsi que découvrir certains aspects de sa culture.

“Wâhed wâhed wâhed, al chaab al souri wâhed”

“Un, un, un, le peuple syrien est un”, c'est le slogan que le peuple syrien invoquait au début de la révolution. C'est aussi le cri qu'ont poussé les Syriens émus pendant le discours de Nazih Kussaibi, président de l'association Alsace-Syrie. En outre, l'inauguration de l'exposition s'est déroulée, entre autre, en présence de Nawel Rafik-Elmrini, adjointe aux relations européennes et internationales de la ville de Strasbourg, de l'Ambassadeur de la coalition syrienne en France, Monzer Makhos et de Michel Deneken, vice-président de l'Université de Strasbourg en charge de la formation initiale et continue. Au fil des discours des invités présents, les visages devenaient de plus en plus graves, non seulement la guerre en Syrie n'a pas fléchi mais les affrontements sont toujours aussi violents et les actes aussi cruels. Comment contenir la colère en entendant que les enfants sont torturés et que l'armée du président bombarde les boulangeries pour affamer la population.

C'est à la mobilisation internationale qu'ont fait appel le président de l'association Alsace-Syrie ainsi que l'ambassadeur de la coalition syrienne. Pendant toute la durée de la semaine de soutien au peuple syrien, il sera question d'agir contre l'inertie. En effet, l'ONU refuse de lever l'embargo sur la vente d'armes à l'Armée Syrienne Libre, freinant la volonté des gouvernements français et britannique d'apporter leur aide aux insurgés. De même, Michel Deneken a lancé un appel aux dons afin de permettre à des étudiants syriens de venir poursuivre leurs études en France, il a également exprimé son soutien à ceux présents en Alsace. Il est peut-être temps aujourd’hui de se ressouvenir, comme l'a rappelé le vice président, que l'Université de Strasbourg avait été en 1945 la seule université ayant obtenu la distinction d'université résistante.

L'exposition “La liberté et rien d'autre” sera visible au bâtiment de la Communauté Urbaine de Strasbourg chaque jour de 8h30 à 18h30 et le samedi de 9h à 12h jusqu'au 29 avril.

Pour la programmation de la semaine de soutien au peuple syrien, vous pouvez consulter le lien suivant.

Photo : Nina Tsiklaouri