La journée du courage et du militantisme des jeunes

Article publié le 11 décembre 2016
Article publié le 11 décembre 2016

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Aujourd'hui est un jour important pour la jeunesse. Vous voulez savoir pourquoi ? Remontons l'histoire ensemble !

La raison de cette commémoration remonte à 1939. Le 28 octobre 1939, les nazis ont violemment réprimé une manifestation anti-régime organisée par des étudiants en médecine tchécoslovaques de l'université Charles (Prague). L'un d'eux, Jan Opletal, a été blessé par balle durant les émeutes ; à titre de réponse, ses camarades ont alors entamé une manifestation encore plus massive. Les nazis ont rapidement réagi (le 17 novembre* 1939) en prenant d'assaut les dortoirs. Résultat ? Plus de 1200 étudiants ont été envoyés dans des camps de concentration, 9 représentants étudiants ont été exécutés sur place, l'université a fermé et les locaux ont été utilisés par les forces d'occupation allemandes.

Naturellement, ceux qui souhaitaient poursuivre leurs études ont été contraints de trouver une autre solution. Londres est alors devenue la niche de nombreux étudiants, et l'Union Internationale des Étudiants (composée de nombreux réfugiés provenant de différents pays européens) a déclaré, avec l'accord des alliés en 1941, que le 17 novembre serait désormais la journée internationale des étudiants.

50 ans plus tard, le 17 novembre 1989, les étudiants tchécoslovaques se sont symboliquement levés pour défendre les libertés de l'époque et lutter contre le communisme lors des célébrations pacifiques de la journée internationale des étudiants. Cet évènement, appelé "la révolution de velours", a pris fin avec la chute du régime communiste de l'ex-Tchécoslovaquie. 

C'est ce militantisme des jeunes, accompagné d'une énorme dose courage, que l'on devrait célébrer le 17 novembre, journée internationale des étudiants !

* Le 17 novembre renvoie à un autre symbole : c'est également l'anniversaire de l'indépedance de la République Tchèque (à la place de laquelle les nazis avaient établi le protectorat de Bohême Moravie et la République Slovaque en 1918).