LA GRECE ET ISRAEL DANS UNE ÈRE D'AMITIÉ ET DE COOPÉRATION

Article publié le 30 juillet 2011
Article publié le 30 juillet 2011
Par Vassilios Damiras, analyste A travers une histoire riche et compliquée, la Grèce et Israël se sont vus associés à tous les développements historiques cruciaux dans la Méditerranée orientale, des Balkans et du Moyen-Orient.
Le mouvement juif sioniste, créé à la fin du 19ème siècle par Théodore Herzl, avait des caractéristiques très similaires au mouvement irrédentiste grec de la «Grande Idée». Les deux nations ont triomphé en diaspora. Les deux groupes ethniques ont été occupés par les Ottomans mais ont encore réussi à influencer l'économie de l'Empire ottoman. Les deux pays sont des démocraties de type occidental, alliés des États-Unis et situés dans une région géostratégique cruciale.

De la formation de l'État d'Israël en 1948 jusqu'en 1991, les hommes politiques Grecs comme certains établissements sociaux, ont perçu l’Israël comme un antagoniste majeur dans la région de la Méditerranée orientale. Athènes a suivi une position plus

pro-arabe qui reflète la forte dépendance de la Grèce vis-à-vis du pétrole brut des pays arabes. Dans les années 1970 ces États arabes ont imposé un embargo sur le pétrole aux Etats-Unis et à l’Europe occidentale, afin de faire pression sur leurs positions pro-israéliennes.

Les relations diplomatiques gréco-israéliennes ont stagné pendant près de quarante-cinq ans. Le Premier ministre socialiste Andréas Papandréou, favorable à l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP), a considéré Israël comme un pion américain qui supprimait l'auto-détermination du peuple palestinien. Sous l’ère Papandreou, l'OLP a largement agi sur le territoire grec. Par exemple, le 7 Juillet 1982, un diplomate jordanien a été assassiné et un autre grièvement blessé à Athènes. Le terroriste notoire Abou Nidal et son organisation brutale y ont trouvé refuge. L'organisation de Nidal a assassiné un attaché culturel et le représentant du British Council Kenneth Whitty dans une rue d'Athènes le 28 mars 1984.

Le premier vent de changement significatif est venu en 1995, en raison de plusieurs facteurs importants. Premièrement, la Grèce a cherché à augmenter sa puissance de dissuasion diplomatique vis-à-vis de la Turquie. Un autre a été la mort de M. Papandréou en juin 1996. L'amélioration et l'expansion dans les relations gréco-américaines sous le Premier ministre socialiste Costas Simitis ont encouragé un changement vis à vis d’Israël. Les développements dans le processus de paix au Moyen Orient - comme le dialogue israélo-palestinien - ont également aidé dans le rapprochement de la Grèce avec Israël.

En septembre 1998, le ministre israélien de la Défense, puis Yitzhak Mordechai a rejeté une demande de la Turquie qu'Israël aide les forces armées turques en cas de conflit avec la Grèce. Un commentaire de Mordechai selon lequel « la coopération turco-israélienne n'est pas contre un pays tiers », a encouragé la Grèce à renforcer ses relations économiques avec Israël.

L’amélioration des relations entre la Grèce et Israël a entraîné une augmentation considérable des échanges commerciaux dans les années 1990. En 2004, Israël a importé 242 millions de dollars de produits en provenance de Grèce, contre 142 millions de dollars qui ont circulé en sens inverse. Beaucoup d'Israéliens ont choisi de visiter la Grèce pour les vacances d'été. Le président israélien Moshe Katzav a déclaré que la Grèce était un partenaire économique important et une passerelle vers les Balkans. L’amélioration des relations a aussi conduit à reconnaître Israël, la Zone Économique Exclusive (ZEE) de la Grèce et Chypre.

Actuellement, la marine israélienne procède à l'élaboration de plans stratégiques pour protéger sa propre ZEE, qui abrite deux grands champs de gaz. Le champs appelé Leviathan est situé à 130 km au large de Haïfa et contient 450 milliards de mètres cube de gaz. L'autre domaine - connu sous le nom de Tamar - est situé à 50 km au nord du Léviathan et contient 240 milliards de mètres cube de gaz. Les deux champs sont situés près de la frontière des ZEE grecques et chypriote. En conséquence, la marine de l'armée israélienne est en pleine expansion avec 7000 personnes supplémentaires, la plus petite des forces armées du pays. Une priorité est allée à l'acquisition de trois nouveaux sous-marins Dolphin d'Allemagne.

Par ailleurs, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu veut améliorer les relations avec la Grèce afin de contrebalancer l'expansion de l'influence régionale de la Turquie. Du côté grec le Premier ministre socialiste Georges Papandréou vise à aider la médiation dans les accords de paix entre Israël et ses voisins pour améliorer son image en tant que négociateur de paix régionale affirmée. En outre, M. Papandréou veut attirer les investissements israéliens en Grèce pour compenser les graves problèmes économiques depuis 2010, les deux Premiers ministres ont échangé des visites d'Etat pour améliorer encore les relations israélo-grecques. Pour les dirigeants israéliens de bonnes relations diplomatiques avec la Grèce offrirait une plus grande profondeur stratégique concernant les domaines de l'exploration gazière et ZEE.

En tant que membre de l'Union européenne (UE), la Grèce pourrait aussi contribuer à l'amélioration des relations diplomatiques, économiques et commerciales entre Israël et le reste de l'Europe. Sur les questions militaires, l'armée israélienne aura l'occasion de former les forces armées grecques dans les tactiques de guerre asymétrique et symétrique et diverses méthodes de contre-espionnage et de contre-terrorisme.

La coopération militaire avec Israël peut aussi conduire à des avantages tangibles pour l'économie grecque et des industries civiles. En adoptant la tactique de défense israélienne et l’achat de matériel, les forces armées grecques peuvent aussi améliorer leur statut au sein de l'OTAN. Par exemple, la Grèce aura l'occasion d'acheter des systèmes de missiles et les capacités de sécurité intérieure. En outre, l'industrie de défense israélienne peut améliorer et moderniser le vieillissement des systèmes de défense grecque.

Il convient également de noter, que cela fait des décennies que la Grèce a diplomatiquement mal assumé Israël. Elle n'a pas estimé les affinités culturelles entre les Grecs et les Israéliens, un facteur clé qui est constamment sous-estimé dans les discussions sur les relations bilatérales gréco-israéliennes. Sans aucun doute les relations diplomatiques gréco-israéliennes entrent dans une période nouvelle. Des facteurs nationaux et internationaux vont influencer la nouvelle ère de compréhension et d'amitié entre ces deux vieilles et fières nations.