La France, présidente de l’Europe pour six mois

Article publié le 1 juillet 2008
Article publié le 1 juillet 2008

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

La Slovénie passe le relai à la France pour présider l’Union européenne au deuxième semestre 2008. La politique d’immigration est inscrite au programme de Sarkozy. Dernières nouvelles de Bruxelles.

Hausse des impôts dans l'UE

La Commission européenne vient de présenter l'évolution de la pression fiscale dans les 27 pays de l'UE en 2006. Elle a augmenté par rapport à 2005, en passant de 39,3 % à 39,9 %. C'est le taux le plus élevé depuis 10 ans. Le taux le plus bas est celui de la Roumanie, un des pays les plus pauvres, avec 28,6 %. C'est le Danemark, un des pays les plus développés, qui détient à nouveau le taux le plus élevé avec 49,1 %.

La France plus présidente que jamais

Le 1er juillet, la France prend la tête de l’UE pour sa présidence semestrielle. Ses priorités sont de conclure le processus de ratification de l'UE, obtenir une politique européenne de l'immigration, réformer la politique agricole commune et relancer la Stratégie de Lisbonne pour que les économies européennes soient plus compétitives.

(Torchondo/flickr)

L'Espagne avance le calendrier

L'Espagne avance son calendrier de ratification du Traité de Lisbonne. Après l'échec irlandais, elle a compris qu'il fallait accélérer le processus pour les pays restants. Alors que la ratification était prévue pour l'automne, elle a été avancée au mois de juillet. La République tchèque qui accueillera la présidence semestrielle après la France, reste toujours sceptique face au traité, comme le président polonais Lech Kaczynski, qui a annoncé qu’il ne signerait pas le texte.

Les prêts immobiliers vont coûter plus cher

Le président de la Banque centrale européenne a annoncé une hausse des taux d'intérêt (le coût de l'argent que la BCE prête aux organismes financiers) pour cette semaine. Ce qui signifie que les prêts immobiliers vont coûter plus cher aux particuliers. L'annonce intervient après plusieurs mois de hausse du taux d'inflation dans la zone euro, chose inédite depuis l'entrée en vigueur de la monnaie unique.