La fête des maires au Parlement européen

Article publié le 14 mai 2010
Article publié le 14 mai 2010
Article de Julien Thomas Qu’est ce qui peut réunir 120 millions de citoyens de 38 pays appartenant ou non à l’Union Européenne ? Qu’est ce qui a pu rassembler 500 de leurs représentants locaux mardi passé au Parlement européen ? Un barbecue ou une Garden party? Rien de tout ça. L’heure n’était pas aux brochettes ou ni aux saucisses grillées...
Les dirigeants locaux de villes situées aux quatre coins de l’Europe comme Zagreb, Munich ou Skopje étaient venus ratifier officiellement la Convention des Maires. Une initiative de la Commission européenne soutenue par le Parlement européen et par le Comité des Régions.

Les dirigeants locaux s’engagent moralement à faire de leur mieux pour atteindre 3 objectifs pour 2020. A savoir une réduction des gaz à effets de serre de plus 20% par rapport aux émissions de 1990, plus 20% de consommation énergétique issus de ressources renouvelables et une réduction de plus 20% d’énergie utilisée pour réduire la dépendance énergétique. L’objectif est d’aller plus loin que les objectifs officiels de 20% que les pays de l’UE se sont donnés en 2007.

Plus de 500 maires de villes d'Europe se donc déplacés ce mardi 4 mai 2010 au Parlement européen pour signer cette nouvelle Charte Verte devant les médias. Et ainsi porter à 1680 villes ou communes le nombre de signataires de cette initiative européenne. Messieurs , et ainsi que le Vice-président du Comité des Régions étaient présents pour les accueillir d’un petit discours.

Une cérémonie en grande pompe

Buzek

Barroso

Zapatero

Le credo ? Les problèmes globaux nécessitent des solutions locales. Le style ? Solennel. , lâchera le Président . Avant d’annoncer dans la foulée le lancement le lendemain d’une nouvelle CEE : la Communauté Energétique Européenne… Un simple appel en fait à davantage de solidarité dans le domaine.

« L’avenir est entre vos mains »« nous sommes à l’aube d’une révolution verte »Buzek

Mais réduire sa consommation d’énergies fossiles a d’autres bénéfices …Pour le Premier ministre espagnol il s’agit aussi de protéger les tirelires européennes, voire leur indépendance stratégique par rapport à des pays tiers. . Alors quand les spécialistes rappellent que les zones urbaines absorbent environ 70 % de l'énergie consommée dans l'Union européenne, les marges restent grandes…

Ecologie et économie

« Ces 10 dernières années, l’Union européenne a vu sa dépendance énergétique passer de 44% à 53%. Ce qui représente 67 milliards d’euros donnés chaque année aux pays producteurs d’énergies fossiles ! Ces économies permettraient d‘investir davantage dans l’innovation et la compétitivité »

Cette « Convention » en est à sa deuxième édition, la première ayant eut lieu le 7 février 2009. Les maires des grandes villes signataires depuis déjà un an partageront leur expérience à la tribune.

Un problème similaire, des solutions différentes

Les idées varient aussi selon les particularismes locaux. Si la plupart des mesures envisagées restent l’instauration de normes dans la construction ou les transports, certaines villes entendent bien profiter de leurs atouts. Antonio Costa, le Maire de Lisbonne, répétera à l’envi qu’il compte profiter de sa situation de capitale la plus ensoleillée d’Europe. Le maire romain Gianni Alemanno, lui, soulignera qu’aucune autre ville ne possède autant de monuments à restaurer, un potentiel très prometteur selon lui…D’autres villes font montre d’innovations. La ville allemande d'Heidelberg affirme avoir déjà réduit ses émissions de CO2 provenant des bâtiments publics de près de 40 % grâce à des stations de maîtrise de l'énergie et à la mise en place dans les écoles. La ville de Riga préfère utiliser le méthane produit par la décharge municipale pour produire de l'électricité. Quant à Anvers, un entrepôt industriel a été reconverti en en bâtiment durable témoin et hall d'exposition pour ses administrés.

«d'équipes de l'énergie»

Mais ces villes représentent bien les meilleurs élèves de la classe. De plus, quelques projets isolés ne n’impliquent pas systématiquement une réussite totale...A l’image de cette Convention, il s’agit souvent de déclarations d’intention. Et si l l’exclusion attend les villes signataires en cas de non-respect de leurs engagements, le cas de figure reste hypothétique et les modalités pratiques pas vraiment envisagées.

Des buts ambitieux tempérés par quelques bémols

A la lecture de la liste des villes membres, il n’apparaît que 8 signatures belges: , Genk, Gand, Hasselt, Liège, et les communes de Molenbeek-Saint-Jean, de et Sivry. Pourquoi seulement 8 sur près de 500 ? En fait beaucoup ignorent jusqu’à l’existence de cette convention.

AnversBruxelles-Capitale

C’est le cas du Mayeur d’Amay et Président du parti francophone écologiste, . Un comble quand on sait que , le Commissaire européen à l’énergie, a désigné cette Convention des Maires comme. Il reste donc du pain sur la planche, et ce alors que le budget prévu est de 15 millions. Autre bémol, qui se félicite néanmoins de toute initiative « verte » rappelle que le a préconisé des réductions de l’ordre de 85% à 95% pour 2050…

Jean-Michel JavauxGünther Oettinger « un élément essentiel de la politique de l'UE en faveur d'une énergie durable aujourd'hui »GreenpeaceGIEC

Rendez-vous pour la « vraie » fête des maires est donc prise…