La famille Savage est ta famille

Article publié le 23 avril 2008
Publié par la communauté
Article publié le 23 avril 2008
 De nombreuses personnes ont peur de vieillir. En ce qui me concerne, je crois plutôt que la vieillesse a du bon. Je m’explique : je ne conteste pas le fait que pouvoir déambuler sans couches, avoir ses propres dents et des érections “naturelles” etc. soient des détails sans intérêt, ceci dit je ne cracherais pas sur une retraite anticipée. A 35 ans par exemple. Je crois que c’est un bon âge pour profiter de sa retraite. Non pas pour aller dans des musées ou aller prendre le soleil sur des bancs (sport national), mais pour pratiquer de nombreuses activités.

Le film (2007) m’a beaucoup plu car il traite avec humour d’un conflit familial autour du sort d’un vieil homme à la santé déclinante. L’histoire se concentre principalement sur la confusion des deux enfants, un frère et une soeur, qui hésitent entre la prise en charge personnelle de leur père ou “l’abandon” au profit d’une maison de retraite. La réalisatrice nous oblige en quelque sorte à prendre parti soit pour le frère pragmatique (qui opte pour la maison de retraite) soit pour la soeur idéaliste, qui se bourre de médicaments et qui ne peut se séparer de son père. Cependant, elle délaisse le personnage du père sénile qui fait des graffitis sur les murs de sa salle de bains avec ses propres selles. “Famille Savage”

En fait en visionnant le film, je me suis davantage identifié au personnage du vieillard. Je me disais que lorsque je serais vieux, cela m’enchanterait (si je deviens gâteux) d’être dans une maison de retraite où une infirmière pulpeuse d’une vingtaine d’années viendrait prendre soin de mes parties intimes. Elle me donnerait des repas sûrement plus goûteux que ceux que je pourrais me préparer à cet âge-là. Je ne devrais plus faire le ménage, ni faire mon lit, je pourrais jouer aux cartes, à la Playstation ou regarder des matches de foot avec mes collègues du foyer et après le déjeuner, je pourrais déguster un digestif et faire une bonne sieste. Nous serions si heureux... Cati Kaoe Nous deviendrons tous M. Savage

Que cela nous plaise ou non, nous n’avons d’autre choix que d’accepter notre sort et il s’avère qu’une personne peut sans famille autour d’elle peut couler une vieillesse heureuse. Les statistiques montrent que la population vieillit, si bien que nous serons énormément d’anciens avec une libido débordante ayant pour objectif de passer d’agréables moments. Bien que pour le moment, nous nous tournons vers nos enfants pour prendre soin de nous, c’est d’ailleurs ce que la réalisatrice montre tout au long de son film. La Famille Savage est servi par une distribution exceptionnelle. qui interprète la fille anxieuse, mais surtout , qui joue le rôle du frère et qui se voit offrir ici sans doute le meilleur rôle de toute sa carrière depuis (1997), ce film bouleversant de qui dépeint le portrait du pervers le plus déplorable de l’histoire du cinéma. Ci-dessous, une vidéo sur les réflexions de durant le tournage de .Tamara JenkinsLaura Linney Philip Seymour Hoffman “Happiness “Todd SolondzPhilip Seymour Hoffman“Famille Sauvage”

En parlant de vieux, la semaine dernière, , s’en est allé au paradis des Républicains et défenseurs des armes à feu. s’est chargé de nous montrer son côté “obscur” et son patriotisme dans l’excellent (2002). J’aurais peut-être mieux fait de ne pas en parler. Il mériterait d’être davantage connu pour ses rôles que pour sa personne. Qu’il repose en enferCharlon Heston Michael Moore “Bowling for Columbine”

Traduction: Franck Cazalas

Photo triptych: Ottonnassar/flickr

Photo Caballero Verde: Susana de la calle/flickr