La Belgique vire à droite

Article publié le 21 juin 2007
Publié par la communauté
Article publié le 21 juin 2007
S’il faudra du temps avant de connaître le nouveau visage du gouvernement fédéral belge, une chose, au moins, est sûre : le centre droit sort grand gagnant de ces élections, tandis que les socialistes dégringolent. Et si, en Wallonie, les socialistes (PS) ont perdu des voix, leur grand frère flamand (sp.a – Spirit) a perdu la tête.
Par rapport à 2003, le PS a perdu 2,11% des voix à la Chambre et 2,59% au Sénat, tandis que le sp.a-Spirit a perdu 4,54% à la Chambre et 5,42% au Sénat.

Par rapport à 2003, le PS a perdu 2,11% des voix à la Chambre et 2,59% au Sénat, tandis que le sp.a-Spirit a perdu 4,54% à la Chambre et 5,42% au Sénat.

S’il est clair que le PS a payé pour les affaires à Charleroi (où il se maintient toutefois premier parti politique), il est plus délicat de définir ce qui a déterminé le désastre des socialistes néerlandophones. En effet, un an seulement après les élections administratives, marquées par un bon score du sp.a – Spirit, et la bataille gagnée à Anvers contre l’extrême droite du Vlaams Belang, personne n’avait prédit un si mauvais résultat.

C’est vrai que les comportements électoraux sont devenus tellement volatiles qu’il n’y a pratiquement plus de cohérence entre les scores des élections au niveau local, régional et fédéral. Pourtant, si l’on cherche des pistes ne faut-il pas se tourner vers le voisin français ? Se pourrait-il que les socialistes à travers l’Europe aient à souffrir d’un effet « Sarkozy » après les élections présidentielles en France ? En Belgique, seuls les verts de gauche, en particulier le parti francophone Ecolo, ont atteint un bon score, grâce à la fois, au vote des électeurs de gauche déçus par les socialistes et à l’irruption des questions environnementales dans les débats actuels à tous les niveaux.

Ce qui est inquiétant dans ces élections, c’est le maintient de l’extrême droite flamande. Le Vlaams Belang atteint presque 12% (+0,4% par rapport à 2003) à la Chambre et au Sénat (+0,57%). Il ne s’agit que d’une légère augmentation par rapport aux élections de 2003 : il n’empêche, ce parti, qui se déclare anti-démocratique et raciste, rassemble plus d’électeurs que les socialistes flamands et presque autant que les libéraux flamands (Open VLD, 12,40%). Certes, les partis démocratiques belges continuent de maintenir le Vlaams Belang loin du pouvoir, refusant d’accorder un siège gouvernemental à ses représentants. Mais les élections de 2007 sont un rappel aux forces démocratiques que la bataille contre l’extrême droite est toujours d’actualité.