La Belgique: un Etat, deux nations

Article publié le 14 juin 2010
Article publié le 14 juin 2010

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Les électeurs de la Belgique flamande se sont prononcés dimanche en faveur du séparatisme. Si l'on cumule les voix du parti flamand vainqueur des élections, le N-VA (28,3%), du parti d'extrême-droite Vlaams Belang (12,7%) et du parti populiste la liste De Decker (3,7%), l'indépendantisme, quel que soit sa forme, a remporté 45% des voix flamandes. A Bruxelles, cafebabel.
com nous livre les clés pour comprendre ces résultats.

Tout à l’heure aux abords du Parlement européen à Bruxelles, un jeune m’aborde armé d’un stylo et d’une feuille: - Êtes-vous bruxellois, wallon, flamand ou autre ?Autre- Vous sentez vous Belge ?

Oui, un peu,

- Qu’est qui divise les Belges ?

Ah, vaste question,

- Qu’est ce qui les rassemble ?

Et bien…

Dimanche les Belges sont convoqués (le vote est obligatoire) pour des élections anticipées (ndlr : le N-Va, parti séparatiste flamand, a remporté la majorité des votes en Flandre). Ces élections ont été provoquées par une discorde entre flamands et francophones qui n’arrivent pas à se mettre d’accord sur la nouvelle réforme de l’État à venir ; le pays connait en effet une évolution de ses structures politiques depuis les années 1970. Celui-ci est passé d’un système centralisé à un système fédéral. Désormais le pays est constitué de trois régions : Flandre, Bruxelles, et Wallonie, de trois communautés linguistiques : néerlandophone, francophone et germanophone. Vous y ajoutez les différentes provinces et communes, et vous avez un aperçu des différents lieux de décisions politiques. Pour le détail je vous laisse consulter le blog de Jean Quatremer.

Le gouvernement est donc tombé sur une question « communautaire ». En clair, flamands et francophones ne sont pas d’accord. C’est sur une question très technique et qui ne parle pas beaucoup à la majorité des Belges que s’est déclenché le conflit « BHV », autrement dit la scission de l’arrondissement de Bruxelles Hal Vilvoorde. Mais la véritable question sous-jacente est celle de l’avenir commun des flamands et des francophones, qu’ils soient wallons ou Bruxellois.

Je ne m’aventurerai pas à me risquer aux pronostics possibles à la suite des élections : confédéralisme, crise majeure et durable, guerre civile ou stagnation ! Toutefois j’aimerais attirer l’attention sur les problèmes de fond dont cette énième crise est l’émanation.

Lire la suite de l'articleBelgica, Alea jacta est ? écrit par Gauthien Bassur le blog de cafebabel.com à Bruxelles

Photo et vidéo : ©nicothedeck/YouTube