La Belgique à nouveau dans la tourmente communautaire à la veille de sa présidence européenne

Article publié le 22 avril 2010
Publié par la communauté
Article publié le 22 avril 2010
Le gouvernement belge se trouve à nouveau dans la tourmente communautaire. Nommé "démineur" par le Roi Albert II, l’ancien Premier Ministre Jean-Luc Dehaene avait six mois pour désamorcer le conflit communautaire qui divise la Belgique depuis plus de quatre ans. Chargé d'élaborer une base de discussion à la négociation entre flamands et francophones, il a remis ses propositions ce mardi 20 avril.

Elles ont immédiatement soulevé l'opposition en bloc de tous les Présidents des partis francophones. En sus du Parti des Francophones (radicaux de la cause francophone), Socialistes, Chrétiens Démocrates, Libéraux et Ecolos ont unanimement dénoncé les insuffisances des propositions de Dehaene.

Face à ce tollé, la réaction des Flamands ne s'est pas fait attendre, puisque l’Open VLD (parti des libéraux flamands de Guy Verhofstadt) a annoncé ce matin retirer sa confiance au gouvernement fédéral. Pour Alexander De Croo, le jeune Président du parti, cette décision est un coup de billard à deux bandes: d'une part, en provoquant la crise, il oblige flamands et francophones à s'assoir tout de suite à la table des négociations et à trouver une solution définitive; d'autre part, en radicalisant la position de son parti, il se prend une posture résolument flamande qu'il espère voir récompensée aux prochaines élections.

Aujourd'hui, le Premier Ministre Yves Leterme a convoqué un conseil des ministres à 13h, après quoi il est probable qu’il se rende au Palais Royal pour présenter la démission de son gouvernement au roi Albert II.

Cette démission et les élections anticipées qui pourraient l’accompagner tombent mal à la veille de la présidence belge du Conseil européen.

Cafebabel suivra pour vous les événements au cours de la journée.