Kon d'homme

Article publié le 13 décembre 2007
Article publié le 13 décembre 2007
Après le casque à pointe et les kapos, bienvenue à la capote vapo ! Nos charmants voisins outre-Rhin débordent décidèment de créativité, auréolée de l'inébranlable 'Deustche Qualität'. Fidèle à cette réputation, le bon docteur Jan Vinzenz Krauze, membre de l'Institute for Condom Consultancy, entend bouleverser la garde-robe anti-MST. Et porter un sérieux coup de bambou à l'industrie du caoutchouc.

Le plastique a beau être fantastique, le 'SprayKondom', son invention 'exclusiv' et brevetée, devrait prochainement inonder le marché de la chambre à coucher. Au printemps 2008, le préservatif en pschitt fera une première percée dans les alcôves germaniques. Finies donc les bonnes excuses pour ne pas se couvrir : entre 'trompe pachydermique' et autres 'asphyxies phalliques'.

Dans une interview accordée à un blog, Kreuze promet que son prophylactique aérosol « épouse parfaitement la physiologie de la verge » et procure des « sensations merveilleuses.» Côté technique, les consignes sont strictes et ne s'adressent pas aux claustros du zob : « il suffit de mettre son sexe en érection dans un système tubulaire en forme de canette, » explique son créateur, « avant de presser sur un bouton qui va 'pulvériser' uniformèment une fine couche de latex le long du pénis. »

Disponible en « rouge, jaune, vert ou transparent,» l'équipement sera disponible à condition de débourser entre 20 et 30 euros pour la 'bombe' d'un côté et la 'cartouche' de latex liquide de l'autre. Flashy ou explosif, le sexe arc-en-ciel devra quand même patienter 20 bonnes secondes, le temps du séchage, pour être fin prêt. L'a(r)mure n'a pas de prix ?

(Crédit photo : ajeept/flickr)