Jusqu’à dimanche, une exposition pour découvrir Minsk

Article publié le 22 juin 2007
Publié par la communauté
Article publié le 22 juin 2007
Regards croisés sur Minsk, capitale d'une Biélorussie méconnue Dans la rue des Frigos, dans les mûrs encore couverts de graffitis d’un ancien squatte, se situe la galerie l’Aiguillage. Lieu d’expositions diverses, se tient jusqu’au dimanche 24 juin une exposition sur la Biélorussie intitulée « Minsk, de l’autre côté du miroir », organisée par l’association Belprojet.
Elle organise régulièrement à Paris des événements culturels dans le but d’attirer l’attention sur la Biélorussie et sa situation politique.

Après avoir déambulé dans les méandres du bâtiment, au fond d’un couloir se trouve l’exposition photo des deux artistes, l’un biélorusse Alexei Andreev et l’autre français Jef Bonifacino. Les œuvres de ce dernier, jeune photographe, regroupent ses visions d'une ville en changement, à la recherche de son identité. Il présente une série de portraits d'artistes très divers qui se battent pour libérer leur pays de l'oppression. Dans des petits textes, il exprime les difficultés qu’ils doivent surmonter pour accomplir cette mission délicate au sein d'un pays qui a été qualifié par Condoleezza Rice en 2006 comme la « dernière vraie dictature au centre de l'Europe ».

L'un des artistes biélorusses portraituré est le photographe et rédacteur en chef de la revue artistique „Monologue“ Alexei Andreev, le deuxième exposant. Il oppose sa vision de Minsk à celle de Jef Bonifacino à travers une série de photos en noir et blanc où la ville se reflète dans des plaques de glace.

Le but principal de l'exposition qui partira à Minsk au mois d'août est d'éveiller l'intérêt des visiteurs pour un pays qui bien qu'européen semble complètement isolé et tenu à l'écart de l'Europe. Les photos mettent l'accent sur l'individu et démontre comment la situation globale du pays influence le sort des particuliers. L’objectif est aussi de renouer les relations avec le reste de l'Europe à travers l'art.

Actuellement l'Union Européenne s'efforce d'améliorer ses relations avec la Biélorussie mais de fortes tensions subsistent. L'oppression continue dans tout le pays, imposée par un régime autoritaire. Le pays qui a fait partie de l’ex-URSS reste même après son indépendance en 1990 fortement influencé par Moscou faisant partie de la Communauté des Etats Indépendants (CEI). La CEI, dont la Biélorussie a été un membre fondateur lors des accords de Minsk en 1991, regroupe 12 des anciennes républiques soviétiques. Moscou exerce une forte pression sur le pays à travers l'approvisionnement énergétique duquel la Biélorussie est très dépendante. La crise énergétique de 2006 fut un révélateur quand durant plusieurs jours, la Russie ayant décidé de suspendre les livraisons de gaz. Le Président Loukachenko a été élu en 1994 avec 80% des voix. Depuis il n’a eu de cesse de consolider son pouvoir, notamment en prolongeant son mandant en modifiant la constitution en 1996. En 2006, sa réélection s’est faite à une large majorité, saluée par la CEI qui les a jugées transparentes. Toutefois le Conseil de l’Europe et l’Union européenne ne les ont pas reconnu et ont adopté des sanctions contre le pouvoir en place. Malgré cela des efforts sont fait pour soutenir la population et promouvoir le développement économique et social dans le pays. L’Union Européenne développe différents programmes de voisinage.

L'exposition se poursuit jusqu’au 24 juin. Dimanche, pour le dernier jour, est organisé à partir de 16h une rencontre avec les membres de l’association.

Belprojet est une association qui ne manque pas de projets, puisqu’elle espère pourvoir organiser en 2008, un festival de musique biélorusse à Paris.

Galerie l'Aiguillage, 19 rue des Frigos/ 13ème arrondissement proche de la station Bibliothèque François Mitterrand.

                                                                                       Rahel Weingärtner