Julien Frisch : l'information européenne 2.0

Article publié le 24 mars 2010
Article publié le 24 mars 2010

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Quand on croit à fond à l'idée européenne mais que l'on rêve d'abattre la langue de bois des institutions européennes, on blogue. Julien Frisch, éditeur de bloggingportal.eu, un portail de blogs européens, revient sur les enjeux de l’information européenne en ligne, à l'heure où les journalistes de presse désertent les instances bruxelloises.

cafebabel.com : 73% en moins de journalistes accrédités auprès de la Commission européenne ces 5 dernières années (Association de la presse internationale). Les blogueurs européens ont-ils un rôle alternatif à jouer face à cette désertion ?

L'émergence d'une "démocratie personnelle" ?Julien Frisch : Les blogs citoyens ne peuvent pas remplacer le journalisme professionnel, car les enquêtes demandent du temps et de l’argent. Mais le blogging est plus varié que l’on croit ! Étant écrits par des professionnels qui travaillent avec ou dans les institutions européennes, les blogs peuvent aider à comprendre ce qui se dit à l’intérieur d’organes officiels comme la Commission Européenne ou le Conseil Européen, d’ordinaire très fermés. Mais au fond, blogueurs et journalistes ont le même but : rendre transparent ce qui ne l’est pas aujourd’hui. Pourquoi chercher le document du Conseil Européen quand on peut le trouver sur un blog ?

cafebabel.com : Mais sur blogginportal.eu, les blogueurs sont déjà passionnés par l’Europe, c’est souvent leur métier. Comment intéresser ce qui vivent hors de la sphère européenne ?

A lire aussi : l'interview du responsable du service de presse d'EuroparlTV

Julien Frisch : Oui, c’est vrai qu’on pourrait reprocher aux eurobloggers de fonctionner en vase clos. C’est justement ce que l’on combat ! En promouvant l’euroblogging hors de la bulle bruxelloise, lors du Forum Européen sur la démocratie personnelle à Barcelone par exemple, ou pendant la conférence “ re:publica 10” organisée à Berlin en avril. Bloggingportal.eu tente aussi de donner la place à d’autres langues que l’anglais et le français sur le portail. Au final, on se pose le plus souvent possible la question de comment lancer des débats paneuropéens hors de l’eurosphère auto-référenciée de Bruxelles.

cafebabel.com : Les institutions européennes qui lancent leur web-télé, est-ce la preuve que l’Europe veut ouvrir son information ?

Julien Frisch : Ce qui est bien avec EuroparlTV, ce sont les messages visuels diffusés en plusieurs langues, l’image étant très importante à l’heure d’Internet, surtout quand les télés nationales laissent peu de place aux sujets européens. Mais je ne suis pas persuadé que l’information doive être produite directement par les institutions. Leur rôle devrait se limiter à rendre le matériel audiovisuel brut le plus accessible pour qu’ensuite journalistes, blogueurs, citoyens… Les intègrent à leur propre travail.

Je vois cela comme une étape transitoire, jusqu’à ce que les députés soient capables de produire ces choses-là par eux-mêmes, que les journalistes soient capables de visionner rapidement des retranscriptions de réunions de comités en streaming puis de les recouper. C’est à nous, hors des institutions, de montrer que nous sommes capables de produire nos propres contenus multimédias, de couvrir les informations européennes de manière professionnelles pour rendre la présence des institutions dans ce domaine moins nécessaire. Mais ça risque de prendre un moment…

Photos : ©Mr.Wright/Flickr; ©Mike Licht, NotionsCapital.com