Jukebox berlinois: du côté des filles

Article publié le 12 novembre 2014
Article publié le 12 novembre 2014

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Ce n'est ni par leur physique, ni à travers des chansons médiocres, qu'elles se sont fait connaître. Au contraire elles produisent des mélodies de bon goût et des textes intelligents, non dépourvus de contenu et de qualité : elles, ce sont les musiciennes berlinoises. Place à l'écoute!

Vivian van der Spree décrit des fragments de vie dans la grande métropole avec comme principale source Berlin.  À travers sa musique pop jazzy, elle observe avec ironie le quotidien berlinois. Vivian van der Spree, Zurück in Berlin (2013).

 Sookee se penche également sur la vie dans la grande ville et questionne les structures du pouvoir et du sexisme. Chaque personne est, pour elle, avant tout un être humain- et tous autant qu'ils sont, sont simplement bizarres.  Sookee, Menschen sind komisch (2014).

Justine Electra change continuellement de style et mélange parfois des éléments qui à priori ne vont pas ensemble. Mais ceux qui pensent qu'à cause de cela sa musique ne vaut rien devraient accepter de se laisser convaincre. Justine Electra, Great Skate Date (2013).

Que ce soit sur les rôles sexués, les relations interpersonnelles, les conventions sociales ou les sentiments, Laing effectuent à travers leur musique et leurs textes une recherche de terrain et entreprennent de véritables études sociologiques.  Ainsi elles connaissent tous les types masculins de la jungle citadine. Et avec Safari, le quator nous emmène en excursion dans la nuit urbaine grâce à un électro minimal tapageur et de qualité. Laing, Safari (2014).

Steffi, dj résidente au Berghain et productrice pour Ostgut Ton, s'est récemment fait un nom dans le milieu de la techno. Ce n'est alors pas une surprise qu'avec Piem, Steffi agite les sommets de la nuit. En novembre sort son deuxième album studio. Steffi, Piem (2011).

SchmitzKatze, a elle, investie la scène électro allemande depuis 2010, maintenant elle fait concurrence à ses collègues masculins- en particulier à Berlin. Schmitzkatze, Berliner Summer Rave (2013).

Ses morceaux se situent entre de la minimal, de la techno, ou encore de la house, et étaient jusqu'à maintenant reservés aux clubs. Mais avec son nouvel album dans lequel elle se concentre sur la voix et la mélodie, Dinky fait la preuve de son talent polyvalent.  Que ceux qui préfèrent danser sur sa musique soient rassurés, ils trouveront également d'excellents remix. Dinky, Falling Angel (2013).

Cafébabel Berlin lance le Jukebox.

Marre des mêmes hits, de la radio en boucle ou des playlists Spotify? À partir d'avril 2014 nous vous proposons dans la rubrique Jukebox de découvrir de jeunes musiciens, des djs, des lives berlinois, qui ont encore des pépites à offrir. Plus de morceaux et de playlists sur Facebook et Twitter.