Journées européennes du Développement : de votre poche à leur destin (3 vidéos)

Article publié le 6 décembre 2010
Article publié le 6 décembre 2010
A quoi servent les millions d’euros que les ménages européens envoient aux programmes de développement aux quatre coins du monde ?
Accompagnés d’une équipe de télévision belge, de jeunes Européens ont pris la route de l’Afrique et d’Haïti pour le vérifier dans le cadre du projet « C'est notre argent, mais leur destin », en observant le travail d’ONG qui, jour après jour, donnent les clés du développement aux populations locales.

« Nous sommes condamnés au développement. Cette loi se réalise aussi bien dans l’histoire de l’humanité que dans celle de chaque homme en particulier. » Cette sentence d’un personnage du roman La Pornographie de l’écrivain polonais Witold Gombrowicz, les travailleurs des ONG en ont depuis longtemps tiré des conséquences pratiques : il faut aider les populations privées d’outils pour mener à bien leur développement. Alors que se tiennent à Bruxelles les Journées européennes du Développement les 6 et 7 décembre 2010, le projet « C'est notre argent, mais leur destin » a permis à de jeunes Européens de se rendre dans plusieurs pays où l’aide humanitaire est mise en œuvre au quotidien – Madagascar, Afrique du Sud, Burundi, Congo, Haïti - avec une équipe de télévision belge. Pendant leur séjour, ils rencontrent et interviewent les membres de trois ONG, Caritas, DMOS-Comide (Coopération Missionnaire au Développement), Entraide & Fraternité, ainsi que ACF (Action contre la Faim) qui bénéficient toutes de fonds de l'Union européenne qui est le premier donateur de l'aide internationale. En image, trois récits de leur expérience. 

Madagascar : l'autonomie par l'éducation

Alexandra et Medea visitent le centre salésien d’Ivato, soutenu par l'ONG Comide, qui accueille 200 jeunes de 12 à 22 ans, orphelins, en difficulté sociale, familiale ou scolaire, et leur donne une formation humaine et professionnelle pour les aider à trouver un travail et à s’intégrer dans la société malgache. 60 ans après l'indépendance pour 19 pays d'Afrique, la culpabilité face à la colonisation ronge encore les jeunes Européens.

Afrique du Sud : la réinsertion des oubliés du développement

Les reporters traversent ensuite le canal du Mozambique pour se rendre en Afrique du Sud qui fête, en 2010, les 20 ans de la libération de Nelson Mandela. A Cape Town, le Salesian Institute apporte à des jeunes femmes et hommes vivant dans la rue ou subissant des violences, une formation, des connaissances et des aptitudes pour trouver un travail.

Haïti : le développement c'est...

A Port-au-Prince, Anna, ancienne stagiaire de cafebabel.com, retrouve Julie qui avait déjà été au Burundi et au Congo. Huit mois plus tard, Julie s’est engagée comme coordinatrice de projet dans l’ONG Action Contre la Faim (ACF) à Port-au-Prince. Avec elle, nous découvrons le portrait d’une dizaine de jeunes hommes et femmes qui ont choisi de s’engager et d’intervenir dans un contexte d’urgence. 

Retrouvez la suite des reportages du projet « C'est notre argent, mais leur destin » au Burundi et au Congo, sur le babelblog Chez moi en Europe

Avec le soutien de la Commission européenne - DG Développement et relations avec les Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique

photo : ©André Bossuroy