José Bové: au parlement européen nous soutenons la résistance du peuple iranien - vidéo

Article publié le 1 février 2016
Article publié le 1 février 2016

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

José Bové a pris la parole à la manifestation de milliers d’Iraniens et de militants des droits de l'homme contre la présence du président de la dictature iranienne, Hassan Rohani, à Paris. Les manifestants ont demandé la subordination des relations avec le régime iranien à l’amélioration des droits de l’homme en Iran et la fin du soutien des mollahs au massacre du peuple syrien par Bachar Assad.

Ils ont souligné qu’un Iran libre et démocratique est une nécessité fondamentale pour assurer la stabilité et la paix dans la région. 

Dans son intervention, José Bové a déclaré: "Ça fait plaisir de voir tous ces drapeaux iraniens, ces drapeaux de la liberté, de ce peuple qui s’était battu, il y a plus de trente ans contre la dictature du chah d’Iran. Malheureusement, Khomeiny est arrivé. Et Khomeiny a dit : je vais mettre en place le califat. 30ans après, Daech dit la même chose. La logique des théocraties est insupportable. On ne peut pas accepter aujourd’hui qu’un peuple soit soumis à la logique des mollahs et que les hommes et les femmes de ce pays vivent sous le joug d la dictature religieuse."

"C’est pour ça qu’au parlement européen, nous soutenons avec énormément de nos collègues la résistance du peuple iranien et que nous soutenons Mme Rajavi dans ce combat en tant que représentante d’une lutte démocratique et laïque. Pour nous ce qui s’est passé aujourd’hui avec la réception de M. Rohani par Hollande est inacceptable pour une raison très simple : c’est que les droits de l’homme doivent passer avant la logique du marché et de l’argent. Aujourd’hui, on ne peut pas accepter que des entreprises françaises continuent à vouloir gagner des marchés alors que des hommes et des femmes meurent en Iran ou sont emprisonnés parce qu’ils veulent vivre libres dans un Etat laïc."

Alain Vivien, Rama Yade, Henri Leclerc, Dominique Lefebvre, Jean-Pierre Michel, Pierre Bercis (NDH), Renée Le Mignot (MRAP), Sid Ahmad Ghozali (ancien premier ministre d'Algérie), Giulio Terzi (ancien ministre Italien des Affaires étrangères), Michel Kilo (figure de l'opposition syrienne), Jean-François Legaret, maire du 1er arrondissement de Paris, Jacques Boutault, maire du 2ème arrondissement de Paris, Marzieh Babakhani, du Conseil de direction des Moudjahinine du Peuple (OMPI), ont également participé au rassemblement. Le syndicaliste Gérard Lauton a lu une lettre des syndicats français (CFDT, CGT, FO, CFTC) au Président Hollande pour protester contre la visite d’Hassan Rohani à Paris et les violations en Iran.