'Jeunes Reporters' (1) - Interview avec Philip Seufert

Article publié le 13 avril 2010
Article publié le 13 avril 2010
Par Stefanie Stahlhofen et Till Neumann Qu'est ce que c'est être journaliste ? - C'est ce que voulaient savoir les 21 jeunes Allemands et Français qui ont participé à l'atelier « Jeunes-Reporters » organisé par Cafébabel Strasbourg et le Centre Culturel Français de Freiburg.
Autour du thème « L'Europe sans frontières », ils ont réalisé deux interviews et interrogé des passants sur leurs expériences européennes. Voici le résultat fructueux de cette journée de formation destinée aux jeunes journalistes européens, âgés de 8 à 12 ans.

Groupe 1 : Interview avec Philip Seufert

Philip SeufertPhilip, 26 ans, est d'origine allemande. Il travaille en tant que rédacteur à Radio EuroDistrict, une webradio franco-allemande à Strasbourg.

Propos receuillis par les jeunes reporters : Louise Drewello, Sylvain Garnier, Vincent Niel, John Schede, Jean Drewello, Alexandre Martin, Zoé De Vries , Jeremias Weber.

Bonjour Philip, où es-tu né ?

Je suis né en Allemagne, plus précisément à Amberg. C'est une toute petite ville dans l'est de la Bavière.

Est-ce que tu as déjà des enfants ?

Des enfants ? Oh ! (il rit) Non, pas encore.

Où vit ta famille ? Est-ce qu'elle te manque ?

Ma famille habite en Allemagne. Mais aujourd'hui, ils sont ici à Strasbourg pour me rendre visite. C'est pour cela, qu'en ce moment, ils ne me manquent pas. Par contre, s'ils ne sont pas là, ils me manquent.

Est-ce que l'un de tes parents est français ?

Les deux sont allemands.

Qu'est-ce que tu as fait avant de venir à Strasbourg ?

Avant de venir ici, j'ai fait des études d'histoire et de français à Nuremberg en Allemagne. L'été dernier, j'ai eu mon diplôme et puis je me suis installé à Strasbourg.

Et quand as-tu commencé à travailler à la radio ?

C'était peu après. Fin septembre 2009. Au début, j'étais stagiaire, non salarié. (il rit) Depuis février, j'ai un vrai poste et un salaire.

Est-ce que le travail te plaît ?

Oui, oui (résolu). Mais parfois un peu moins. Je crois que ça c'est pareil pour tous les boulots. Si on se déplace souvent, si on parle beaucoup aux gens, il y a toujours des gens qu'on trouve plus sympa que d'autres. Mais malgré tout, il faut aussi qu'on parle avec ceux qu'on apprécie moins pour pouvoir faire son reportage radio.

Qu'est-ce que tu fais exactement à la radio ?

Je fais ce que vous êtes en train de faire en ce moment. (il rit). Je prends rendez-vous avec des personnes et je leur pose des questions. En allemand et en français, puisque je travaille pour une radio franco-allemande. J'enregistre l'interview, ensuite je vais à la rédaction pour l'écouter et je prend des notes. Après je réfléchis bien à comment je pourrais en faire un reportage et j'écris un texte. Ce texte là, je l'enregistre également pour faire un montage avec des extraits de l'interview. Une fois le reportage fini, je le mets sur internet.

Qui interviewes-tu ?

Comme nous sommes une toute petite radio, chacun fait un peu de tout. J'interroge beaucoup de personnes différentes. Par exemple des politiques, des artistes, ou bien des gens ordinaires qui s'engagent dans une association ou qui ont lancé une initiative intéressante. Parfois, j'interviewe aussi des enfants, des jeunes. Je leur demande ce qu'ils pensent des choses qui se passent autour d'eux.

Tu parles plusieurs langues (allemand, anglais, français, italien, espagnol). Comment réagis-tu dans un pays dont tu ne connais pas la langue ?

Vous avez fait de bonnes recherches. Si on parle quelques langues, on trouve toujours une langue pour communiquer avec les autres. Si ce n'est pas dans la langue maternelle de l'autre, c'est en anglais ou en français. Et sinon, on peut aussi apprendre la langue de l'autre. C'est ça aussi qui est intéressant lorsque l'on est à l'étranger – on découvre de nouvelles choses.

Tes parents parlent-ils autant de langues que toi ?

Pas tout à fait. (il sourit) Par exemple, ils ne parlent pas le français, mais l'anglais, l'espagnol et le latin. Bien évidemment, ils sont un peu plus âgés que moi et à l'époque où ils étaient jeunes, la première langue étrangère à l'école était le latin. Ma mère est prof d'anglais, du coup elle parle très bien anglais.

Quelle est ta langue préférée ?

Oh, c'est difficile. Il y a beaucoup de jolies langues. La langue que je maîtrise le mieux c'est le français,mais j'aime également l'espagnol et l'italien. Ma langue préférée, hmm..., je dirais le français.

Et ton pays préféré ?

Ça, c'est encore plus compliqué! Il y beaucoup de beaux pays et surtout : Je n'étais pas partout. Je suis toujours content d'être à l'étranger parce que c'est différent de chez-moi. Bien que j'aime beaucoup mon pays. La France et l'Espagne me plaisent le plus. Et aussi l'Amérique latine et l'Amérique centrale, j'y ai déjà fait un voyage.

Cher Philip, le groupe 1 dit :„Danke! Merci! Auf Wiedersehen!“

Jeunes Reporters gruppe 1 Louise Drewello, Sylvain Garnier, Vincent Niel, John Schede, Jean Drewello, Alexandre Martin, Zoé De Vries , Jeremias Weber.

(Photo de couverture : pixelio/Stephanie Hofschläger ; les autres photos : Stefanie Stahlhofen & Till Neumann)