Jeune kurde : « Le monde nous a abandonné »

Article publié le 22 octobre 2014
Article publié le 22 octobre 2014

[Tribune] Hemdad, jeune kurde étudiant en philosophie est complètement meurtri par les évènements qui agitent le Kurdistan. Ici, il couche ses impressions sur un conflit qui n'en finit pas et critique un Occident endormi.

En tant qu’être humain et jeune citoyen kurde, j’ai grandi dans la peur, celle d’être démoli et exterminé.

Comme le montre l’Histoire, nous sommes le peuple qui a été maltraité, trahi et menacé. Nous avons subi des génocides. Ce qui est invraisemblable, c’est que la plupart des génocides menés contre mon peuple ont eu lieu récemment, surtout à la fin de la deuxième moitié du XXème siècle. Je parle là du génocide d’Anfal mené en huit étapes (1983-1988) par le régime de Saddam Hussein et ayant fait plus de 182 000 morts et plus de 4000 villages détruits. En 1988, La ville de Halabja a été bombardée avec des armes chimiques, faisant plus de 5000 morts et de nombreux blessés. Qui s’en est préoccupé ? Personne.

Durant ces années douloureuses pour des milliers de Kurdes comme pour ma famille, le monde nous a abandonné et ne s’est aucunement montré concerné par ces événements brutaux que les Kurdes ont subi. Ce comportement me laisse penser que les Occidentaux n’ont jamais eu de véritable sympathie pour les Kurdes. En raison de leur laisser-faire, les Kurdes ont vécu plusieurs cauchemars, les uns à la suite des autres. Et en ce sens, ils ont leur part de responsabilité. En effet, lorsqu’en 1916, La Grande-Bretagne (avec l’aval des Russes et de Italiens) a signé avec la France les accords de Sykes-Picot, ces pays ont contribué à la division du Kurdistan en quatre parties, entre l’Iran, la Turquie, la Syrie et l’Irak. Il ne s’agissait pas là d’une simple division territoriale : l’Occident a divisé les Kurdes dans leur tradition et leur culture.

Cette division avait pour but d’ébranler l’unité du peuple kurde face à ces pays qui voulaient au mieux son assimilation, au pire sa disparition. D’autres comme les États-Unis n’ont pas hésité à laisser faire ces pays, sinon les soutenir, pour leur propre intérêt. C’est ainsi qu’en 1974, avec l’aide des gouvernements irakien et iranien, les États-Unis, qui ont annoncé un programme de développement hypocrite, ont en réalité joué un rôle primordial dans l’étouffement de la révolution Kurde au sud du Kurdistan irakien. Ils ont également soutenu l’inscription du PKK (Parti des Travailleurs Kurdes) sur la liste des organisations terroristes plutôt alors que celle-ci tente de défendre les droits des Kurdes.'

Les attaques envers les Kurdes ne sont donc pas nouvelles et ne semblent cesser puisque qu’aujourd’hui encore, nous souffrons de nouveau. Nous blâmons les gouvernements turc, iranien et irakien pour avoir permis que le Da’esh, aussi connu comme État Islamique (EIIL), soit utilisé comme une nouvelle arme pour attaquer les Kurdes. Une fois de plus, des milliers de Kurdes doivent faire face à une nouvelle forme de barbarie, celle du Da’esh qui commet un génocide. En août, des dizaines de milliers de personnes ont été tués dans les montagnes de Shengal, plus de 2000 femmes et filles yézidis ont été enlevées par ces terroristes. Kobane est confronté au même scénario.

Malgré la résistance de Kobane à l’assaut du Da’esh, ce n’est qu’une question de temps avant que ces barbares ne s’emparent de la ville. J’ai du mal à croire qu’il n’y a aucun pouvoir au monde capable d’envoyer de l’aide militaire et humanitaire aux populations qui sont pris en étau entre les Turcs d’un côté et le Da’esh de l’autre.

Le gouvernement turc étant en effet très occupé à apporter une aide médicale et logistique aux terroristes en leur ouvrant ses portes pour leur permettre de joindre la Syrie et d’entrer en conflit contre les minorités.

Au même moment, il arrête les jeunes kurdes qui souhaitent entrer en Syrie pour prêter main forte aux Kurdes de Kobane. Quant aux médias, ils ne présentent que très rarement et superficiellement les véritables enjeux de chacun des pays impliqués dans ce conflit qui permettraient au monde de mieux comprendre les véritables raisons de ces horreurs.

Nous les Kurdes avons besoin d’une aide internationale plus que jamais, en particulier pour sauver et libérer Kobane qui est en train de tomber aux mains de l’EIIL. À l’exception de quelques rares frappes menées par les États-Unis pour éloigner les terroristes de la ville de Kobane, pourquoi le monde ne répond-t-il pas aux appels des civils et des combattants kurdes qui, depuis plusieurs jours, font face à des combats terribles contre le Da’esh ? Si les États-Unis le voulaient vraiment, détruire le Da’esh serait possible. En effet, l’EIIL est un peu partout autour de Kobane mais c’est surprenant de voir que les États-Unis ne bougent pas d’un poil.

En tant que jeune kurde, je souhaiterais interroger les États-Unis et le monde entier : où est la part de démocratie, des droits de l’Homme et des égalités dans ce génocide perpétré envers les Kurdes ? Est-ce les combattants kurdes qui devraient être sur la liste des organisations terroristes ou ne devrait-il pas être plutôt la Turquie qui aide l’EIIL ?

En tant que jeune kurde embourbé dans un génocide réduit au silence, je me sens seul et personne ne vient nous aider. Le monde nous a abandonné à la rage des Turcs, Iraniens et Arabes. Je mesure toute l’indifférence envers la souffrance des Kurdes qui dans toutes les circonstances obéissent aux principes de laïcité, de démocratie et de liberté et tente d’aider du mieux qu’ils peuvent les autres minorités qui sont également victimes de ces barbares. Nous avons été considérés comme une nation sans importance et devons désormais payer le prix de notre identité : d’être Kurde, donc pas suffisamment important. Si l’on en croit la communauté internationale, nous ne devons rien attendre, juste observer le génocide qui se déroule sous les yeux du monde entier qui réduit son combat pour la liberté.