Jerzy Buzek élu : 555 voix pour 89 contre - les réactions de Dati (PPE), Lunacek (Les Verts), Hoang Ngoc (PS)

Article publié le 14 juillet 2009
Article publié le 14 juillet 2009
Strasbourg, le 14 juillet 2009 Par Jean-Baptiste Mathieu et Marie Krpata Le nouveau président du Parlement européen a été élu ce matin avec 555 voix en sa faveur et 89 contre.
Le président de la Commission s’est félicité de cette nette élection « 5 ans après l’élargissement, 20 après la chute du mur de Berlin cette élection est une victoire de l’Europe réunifiée » a-t-il déclaré à midi dans l’hémicycle.

Après l'élargissement de 2004, Buzek représente les pays d'Europe centrale et orientale. Un symbole politique très fort qui pourrait contribuer à relancer l'enthousiasme pour l'Europe dans les nouveaux pays membres. Ce chimiste de formation n'est pas un néophyte en politique. Il a été premier ministre polonais pendant quatre ans et a été député européen. Sa participation à Solidarnosc aux côtés de Lech Walesa dès 1980 lui donne une légitimité particulière pour succèder le 14 juillet 2009 à l'allemand Hans Gert Pöttering à la tête du Parlement européen. Les réactions à la sortie de l’hémicycle au micro de CaféBabel Strasbourg

ngocLiem Hoang Ngoc (Socialistes et Démocrates), nouveau député européen PS de la circonscription Grand Est est « Ulcéré" par ce qu'il estime être un "accord technique. Un accord qui brouille le message politique ». Il regrette par ailleurs que « le changement de nom (du groupe politique - celui-ci n'étant plus appelé "Parti socialiste européen" mais "Socialistes et Démocrates") n’est pas non plus de nature à clarifier les choses ».

Il a aussi constaté ce matin un « divorce entre l’atmosphère consensuelle entre parlementaires européens et le ressenti des peuples (qui doutent du projet européen)».

Il reste cependant combatif pour la législature qui débute aujourd’hui et pense qu’il y aura des marges de manœuvre dans les commissions. « La crise rebat les cartes et ouvre la voie à ceux qui défendent ,comme moi, la régulation des marchés financiers »

lunacekL’autrichienne, Ulrike Lunacek (Les Verts) a salué l’élection de Jerzy Buzek : « C’est une personne qui a mérité les applaudissements. Il était membre de Solidarnosc dans la résistance et pour certains sujets il a été un député courageux qui n’a pas hésité de voter à l’encontre de sa fraction. L’élection de ce polonais protestant a illustré en quoi la religion n’a pas joué pour ce vote ».

Elle a aussi reconnu les prises de position passées du nouveau président du Parlement européen : «en tant que polonais il a adopté des points de vues en faveur des homosexuels. C’est donc un homme connu pour son libéralisme. Il y aura là beaucoup de défis à affronter pour lui. C’est un homme qui s’est engagé pour le droit des minorités ».

La nouvelle eurodéputée verte a tout de même regrettée qu’une femme n’ait pas été élue à la présidence du Parlement européen : « bien évidemment j’aurais préféré qu’une femme soit à sa place. Mais pour sa concurrente (Eva Britt Svensson, Gauche Unitaire Européenne) ses idées ne m’ont pas toutes convaincues. C’est pour ça que je ne lui ai pas donné ma voix. »

datiRachida Dati (Parti Populaire européen) a, quant à elle, insisté sur le symbole et l’importance de l’élection de Jerzy Buzek : « C’est un moment qui honore l’Europe orientale mais aussi le parcours d’un homme, une personnalité une résistance. »

Interrogée sur l’absence de français dans le bureau du Parlement européen, qui devrait être élu cet après midi, elle nous a confié qu’il s’agissait d’un « choix politique et (d’) une stratégie élaborée en groupe et assumée ».

Photo : @ European Parliament / Pietro Naj-Oleari