#JeNeSupportePasLesBleus : le coup de comm sur les violences conjugales

Article publié le 31 mai 2016
Article publié le 31 mai 2016

[VIDÉO] L’ancien sélectionneur qui ne supporte pas l’équipe de France ? C’est la première image que l’on voit dans une vidéo intitulée « Je ne supporte pas les bleus ». Mais derrière la provoc’, se cache une opération de communication aussi subtile que vitale sur les violences conjugales en France.

C’est tellement prévisible. Sur Twitter, les hashtags dépréciatifs fleurissent comme les mauvaises vannes. C’est pourquoi, au lendemain d’une prestation mi-figue mi-pépins de l’équipe de France (EDF) contre le Cameroun en match de préparation à l’Euro 2016, on a d’abord cru à une énième palanquée de tweets d’insultes lorsque nous nous sommes rendus sur #JeNeSupportePasLesBleus

Mais Twitter peut aussi surprendre. Le hashtag érigé en Trending Topics dans la matinée relaie en fait une opération de communication de l’association Elle’s IMAGINE’nt, spécialisée dans la lutte contre les violences conjugales à l’égard des femmes. Dans la vidéo porteuse du projet, plusieurs personnalités dont l’ancien sélectionneur de l’EDF – Raymond Domenech – crache face caméra : « Je ne supporte pas les bleus ». Vous l’aurez compris, ce n’est pas un tacle de plus sur les hommes de Didier Deschamps mais une campagne de sensibilisation à propos des coups sous lesquels tombent tant de femmes en France. L’association rappelle que  pendant la durée de l’Euro, 10 femmes vont mourir sous les coups de leur compagnon. Chaque jour en France, 1 femme sur 10 subit des violences de la part de son conjoint. Un chiffre bien plus important que les statistiques des joueurs devant le but adverse.

Je ne supporte pas les bleus.

___

cafébabel présente Mind The Gap, le féminisme sans distinction.