Jean Marie Beaupuy : portrait d’un MPE

Article publié le 1 juin 2009
Article publié le 1 juin 2009
Beaupuy, Jean Marie, né le 28 novembre 1943, La Chapelle sur Loire Diplômé de l’école supérieure des sciences commerciales d’Angers, il crée la société Stratégie formation à Reims en 1975. Conseiller général de la Marne de 1979 à 2004. Adjoint au Maire de Reims (1983-2008), chargé du service des espaces verts (2001-2008).
En 2008, il se présente aux élections municipales de Reims sous les couleurs du MoDem et devient Conseiller municipal. Député européen depuis le 13 juin 2004 élu dans la circonscription du Grand Est, il se présente en 2009 dans celle du Massif Central – Centre comme tête de liste du MoDem.

Appartenance politique 

Union pour la démocratie française (UDF)/ Mouvement Démocrate (MoDem) Groupe Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe.

Le Passeport Parlement européen 

Commission du développement régional Délégation pour les relations avec l’Australie et la Nouvelle Zélande Membre suppléant à la Commission de l’emploi et des affaires sociales Membre suppléant de la Délégation pour les relations avec l'Inde Membre suppléant de la Délégation pour les relations avec les pays de la Communauté andine

Les interventions de M. Beaupuy en sessions plénières 

Connu au Parlement européenne comme un des spécialistes de la politique régionale et des fonds structurels, c’est donc principalement sur la mobilité urbaine, la cohésion territoriale et le développement régional que Jean Marie Beaupuy intervient en sessions plénières. « Il ne peut pas y avoir d'Europe rose, d'Europe qui aille de l'avant, sans une Europe solidaire entre les villes et les campagnes » a-t-il déclaré le 8 février 2009.

Le 22 avril 2009 M. Beaupuy sollicite la Commission européenne pour un plan d’action en faveur de la mobilité urbaine. Il attire particulièrement attention à la « situation grave » à laquelle nous a mené l’étalement urbain : « Les usagers des villes font exactement 20 % de déplacements supplémentaires par jour, et plus de 70 % utilisent leur véhicule personnel ». Ainsi, souligne-t-il que 400 millions d'Européens vivent dans les villes, et ces « 400 millions d'Européens perdent chaque jour du temps dans les embouteillages. Nous savons que ces embouteillages coûtent 1 % du PIB… Nous laissons là gaspiller des milliards d'euros ». Ce plan d’action constitue, selon lui, un élément essentiel du plan de relance économique. Le 24 mars 2009 lors du débat sur le Livre vert sur la cohésion territoriale et état d'avancement du débat sur la future réforme de la politique de cohésion il souligne tout d’abord les bienfaits des politiques de cohésion tant pour les citoyens « qui ont vu leur niveau de vie parfois multiplier par trois, que pour les régions qui, après avoir été en déficit, sont aujourd’hui des régions locomotives ». Il est tout de même nécessaire, selon M. Beaupuy, que les fonds et les politiques de cohésion atteignent une plus grande efficacité, et pour cela il appelle la Commission européenne à « intervenir auprès des gouvernements, des régions et des autorités locales, car ce sont eux qui mettent en œuvre nos dispositifs, nos budgets, nos règlements, et nous n’aurons pas d’efficacité si eux ne font pas en sorte d’être efficaces ». Lundi 20 octobre 2008 il présente le rapport sur la Gouvernance et partenariat aux niveaux national et régional, et base pour des projets dans le domaine de la politique régionale. Il est nécessaire, selon M Beaupuy, « de donner aux différents acteurs, privés, publics, particuliers et aux organisations les moyens de mettre en œuvre la gouvernance régionale ». Cela passera tout d’abord par la réalisation d’un guide pratique de la gouvernance. Par ailleurs, la formation des élus dans le cadre d'un dispositif Erasmus est également indispensable : « Nos élus locaux et régionaux doivent être les véritables locomotives de cette nouvelle gouvernance des territoires ». Le 25 septembre 2007 Jean Marie Beaupuy s’exprime en faveur du Livre vert sur le transport urbain tout en soulignant la nécessité de l’approche intégrée dans la question du transport urbain. L’approche intégrée doit être prise en compte, selon lui, non seulement par les agglomérations, mais aussi par le périurbain. « Dans le cadre de cette approche intégrée, sachant que l’Union européenne verse des fonds régionaux - FEDER, FSE, FEADER, puisque le FEADER concerne les zones rurales et aussi le périurbain -, il nous paraît nécessaire de prendre en compte, ces différents aspects pour que, véritablement, l’approche intégrée puisse être mise en place par les municipalités et les agglomérations ».

Le moment marquant de son mandat 

Dans le cadre de son rapport « Gouvernance et partenariat au niveau national et régional » adopté à l’unanimité en septembre 2008, Jean Marie Beaupuy a lancé l’initiative de l’Erasmus des élus locaux, un programme de formation sur le terrain pour permettre aux gestionnaires des collectivités locales et territoriales de partager leurs expériences et leurs bonnes pratiques, en particulier concernant l’usage des Fonds communautaires. L’objectif de ce projet est donc d’organiser les échanges entre élus pour qu’ils puissent se coordonner et « aller chercher les bonnes idées ailleurs », faciliter les échanges entre villes d’Europe sur le traitement des problèmes de pollution et de transports, faire acquérir aux élus les connaissances indispensables à l’élaboration et la conduite des projets européens. « Alors que l’on souhaite atteindre les objectifs de Lisbonne en étant compétitif dans tous les domaines, il est essentiel que les élus locaux et régionaux soient les locomotives du développement territorial ; pour y parvenir ils doivent acquérir les connaissances indispensables à l’élaboration et la conduite des projets européens », a déclaré Jean-Marie Beaupuy. « En créant un Erasmus des élus locaux, nous voulons forger une culture commune de bonne gouvernance des territoires ». Le projet-pilote devrait débuter en septembre 2009 et pourrait bénéficier à environ 500 élus. Il montera en puissance à partir de 2010.

Les propos de M. Beaupuy quant au maintien du siège du Parlement européen à Strasbourg 

« Eu égard à la nécessaire indépendance du Parlement européen vis-à-vis des autres institutions européennes et en raison du symbole de paix que représente Strasbourg », Jean Marie Beaupuy a pris position pour que Strasbourg soit le siège unique du Parlement européen. Cependant, comme il le précise sur son blog, « de manière générale, une nouvelle organisation de l’ensemble des institutions européennes est nécessaire ».

Pour plus d’informations sur Jean Marie Beaupuy 

Page web sur Jean Marie Beaupuy sur le site du Mouvement Démocrate 

Le blog de Jean Marie Beaupuy 

Page web du Parlement européen

Portrait élaboré par Yulia Kochneva