J’ai testé pour vous : parcourir l'Europe à vélo

Article publié le 11 août 2009
Article publié le 11 août 2009

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Grâce aux 30 % de réduction dont ont bénéficié certains Italiens sur l’achat d’un vélo – initiative du ministère de l’écologie – les plus sportifs iront rejoindre les amoureux des deux roues en Europe, lors d’occasions diverses, variées et surprenantes de monter en selle. Petit tour d'horizon.

En plus du plaisir procuré par une douce brise estivale, les Italiens ont eu un autre excellent motif d’acheter un nouveau vélo. Le mot clef est « réduction immédiate » lors de l'achat d'un nouveau deux-roues. Seuls les plus rapides, cependant, ont pu obtenir cet été une réduction non négligeable sur le vélo de leur choix. Grâce à un financement de presque neuf millions d'euros débloqué par le ministère de l'environnement, ceux qui se sont précipités à temps chez les revendeurs autorisés ont pu obtenir 30 % de réduction immédiate sur l'achat. Dommage que ces financements aient été consommés en seulement trois semaines. En septembre, il y aura un deuxième tour, cette fois-ci environ dix à douze millions d'euros seront mis à disposition pour de nombreux citoyens qui bénéficieront de réductions.

De la Catalogne à la République tchèque

(Claudio Pedroni / Wikimedia)Pour les chanceux qui monteront en selle sur leur vélo cet été, quelle direction prendre ? Le réseau des itinéraires cyclables européens EuroVelo fournit aux cyclotouristes ou aux simples passionnés environ 66 000 kilomètres de pistes cyclables à parcourir à travers toutes les nations de la communauté. La carte créée par l'European Cyclists Federation (Ecf), permet de choisir entre douze itinéraires divisés en zones géographiques de la Méditerranée à la Mer du Nord. Au nom du tourisme écologique et durable, mais pas seulement. Le projet vise aussi à améliorer la qualité et la sécurité des itinéraires et à contribuer à l'économie des communautés locales. Sur le site de la fédération, il est possible de choisir facilement un objectif en fonction des exigences et intérêts de chacun, ainsi que d'obtenir toutes les informations nécessaires. 

Pour les passionnés de châteaux du Moyen-âge et du mythe du comte Vlad, le tour de la Transylvanie médiévale à vélo est tout indiqué. Il leur permettra, en même temps, de faire de l'éco-tourisme en s'unissant aux activités des paysans. Les rendez-vous européens s'étendent de l'Atlantique jusqu'au désormais légendaire festival de musique Sziget de Budapest. Pour ceux qui préfèrent se détendre, pourquoi ne pas viser la Catalogne ou la République tchèque, pour un des nombreux tours éno-gastronomiques abordables dont profiter tout l'été, tel que le parcours sur les routes du vin de Prague à Vienne. Les romantiques et les oiseaux de nuit iront à Paris pour le Paris Night Bike qui prévoit, outre un tour à vélo, une croisière nocturne sur la Seine et même du vin gratuit. A Londres, le site de la London Cycling Campaign met à disposition gratuitement les cartes des pistes cyclables et sélectionne une liste d'évènements pour les cyclistes. A voir, le « cycle bar » londonien Lock7, où l'on peut faire réparer son vélo dans l'atelier, en plus de se requinquer avec un café et un muffin. 

Festival à vélo

London Cycling Campaign En Belgique, à la fin de l'été, lancement du Festival Avanti!, qui fait partie du Festival de Gent : un évènement seulement pour les fous du vélo. Départ de la ville de Lockeren, à 20 kilomètres de Gent, le 20 septembre, pour suivre des concerts situés le long des étapes dans les lieux les plus fascinants de la zone. Les concerts vont de la musique classique à la musique du monde, en passant pas le jazz et l'électronique, le tout dans la province de la Flandre orientale. Le Bike Film Festival ravira les passionnés de cinéma, avec son programme entre art, musique, spectacles et, bien sur, cinéma. Le festival explorera tous les moyens de voyager sur deux-roues et pédaler, en passant par quarante villes dont Vienne, Milan, Madrid et Lisbonne.

Et si l'on n'est pas exactement Lance Armstrong et que l'on ne se sent pas la force de pédaler en long en large et à travers l'Europe, comment transporter son vélo hors des frontières de son propre pays ? Les tarifs et les solutions varient en fonction du moyen de transport. Pour voyager en avion, il est possible de réserver et empaqueter le vélo pour le mettre en soute, pour un montant allant de 25 à 80 euros en fonction de la compagnie aérienne. Les tarifs sont plus bas en train, mais avec quelques problèmes en plus. Si les prix des billets varient de 4,50 à 15 euros, tous les trains longue distance n'acceptent pas leur transport. Sur certains, il est gratuit, sur d'autres il est tout simplement interdit. Puisque le traité de Schengen nous autorise à traverser pratiquement toutes les frontières sans problèmes, pourquoi ne pas sauter en selle et pédaler, tout simplement ?