Iran : La liberté de culte sous la présidence d’Hassan Rohani 

Article publié le 10 janvier 2016
Article publié le 10 janvier 2016

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Le régime fondamentaliste iranien a arrêté un groupe de chrétiens pratiquants iraniens le jour de Noël dans une église à l’intérieur d’une maison dans la ville de Shiraz, dans le sud de l’Iran.

Le régime fondamentaliste iranien a arrêté un groupe de chrétiens pratiquants iraniens le jour de Noël dans une église à l’intérieur d’une maison dans la ville de Shiraz, dans le sud de l’Iran. Le groupe de chrétiens s’était rassemblé vendredi dernier, le 25 décembre, pour fêter Noël lorsque des agents en civil du ministère des renseignements ont fait une descente dans l’église.

Selon le rapporteur spécial sur la situation des droits de l’homme en Iran dans son apport de 2015 affirme que « Les chrétiens continueraient d’être poursuivis en justice en raison de leur association avec des églises informelles établies dans des domiciles de particuliers. »

Les autorités de Téhéran prévoient de transformer le terrain illégalement confisqué de l’église en un « centre de prière islamique ». Le terrain, qui appartient à l’Église catholique chaldéenne de la communauté iranienne assyrienne de la rue Patrice Lumumba à Téhéran (à l’ouest de la ville), a été confisqué illégalement il y a deux ans sous prétexte qu’une salle de prière islamique devait y être construite, et les autorités ont refusé de le restituer, comme l’a déclaré un membre du Majlis (Parlement) du régime, cité par le journal d’informations d’état Sharq le mercredi 30 décembre.

La liberté de culte fait toujours partie des inquiétudes du Rapporteur car les Arméniens et Assyriens orthodoxes, les Sunnites iraniens, n’ont pas le droit de construire des lieux de culte. La communauté baha’ie est toujours la cible de persécutions de la part des autorités iraniennes et elle doit faire face à des arrestations et des détentions arbitraires en raison de sa religion; les étudiants baha’is font l’objet de discriminations à leur entrée à l’Université.

Les Chrétiens iraniens n’échappent pas non plus aux persécutions. Au début de l’année 2015, au moins 92 Chrétiens étaient en détention, sans doute en raison de leur foi. Ceux qui se sont convertis au Christianisme sont constamment harcelés et ne peuvent prétendre aux jours de repos observés lors des fêtes religieuses tel que le jour de Noël. Le 19 octobre 2014, la Cour Révolutionnaire de la province d’Alborz a condamné les pasteurs Behnam Irani, Reza Rabbani et Abdolreza (Mathias) Haghnejad à six ans d’emprisonnement pour avoir « agi à l’encontre des intérêts de la sécurité nationale » et « pour avoir formé des groupes visant à renverser le gouvernement. »

Saeed Abedini, un Pasteur américain a été emprisonné et battu en raison de sa foi chrétienne. Après deux mois passés à l’hôpital à cause des blessures qui lui ont été infligées au cours de son passage à tabac, il fut renvoyé à la prison Evin. Naghmeh, l’épouse du pasteur Abedini a déclaré : « Cette nouvelle a anéanti toute notre famille… Cette évolution des faits nous a tous complètement choqués. Les membres de la famille de Saeed, qui était présents à l’hôpital quand cela s’est passé, ont été témoins des coups violents qui lui ont été administrés– au point de le voir s’écrouler avant d’être emmené. Nous sommes très inquiets quant à sa santé. »

Mme Maryam Naghash Zargaran, une détenue de confession chrétienne, actuellement emprisonnée à la prison Evin a subi des harcèlements, des coups et des agressions sexuelles de la part des gardiens de prison. À l’âge de 36 ans, elle a été arrêtée au cours de l’hiver 2012 car elle représentait une menace vis-à-vis de la sécurité nationale. Sa santé physique et mentale s’est détériorée à la suite du traitement infligé par les gardiens. Elle a été condamnée à quatre années d’emprisonnement.53

« Il y a eu une détérioration constante des droits de l’Homme en Iran sous la présidence d’Hassan Rohani, notamment des exécutions et la répression de minorités religieuses et ethniques. En fait, le régime clérical iranien a institutionnalisé la répression du peuple iranien comme le principal outil pour sa survie. »