Irak : Profanation du cimetière Morvarid d’Achraf

Article publié le 28 janvier 2015
Article publié le 28 janvier 2015

Un saccage inhumain du cimetière de l'opposition iranienne

Les forces irakiennes et les milices criminelles installées au camp d’Achraf se sont livrées à la mi-janvier, sur ordre de Hadi Ameri, à l’ignoble profanation du cimetière Morvarid avec des bulldozers, détruisant les pierres tombales, les monuments aux morts et les murs. Depuis 2012, les forces irakiennes ont détruit plusieurs points du cimetière. Malgré les protestations répétées des représentants des habitants auprès des autorités américaines et onusiennes, rien n’a été entrepris pour empêcher ces profanations ignobles.

Cette attitude inhumaine ne fait que rappeler les agissements du fascisme religieux en Iran qui, effrayé par l’influence étendue de l’OMPI dans la société, saccage régulièrement les tombes des résistants dans le pays et empêche tout rassemblement de leurs familles et amis dans les cimetières.  Ce régime sait parfaitement que les martyrs de l’OMPI sont une source d’inspiration pour la population en Iran, les encourageant à persévérer dans la résistance pour renverser les mollahs et instaurer la démocratie et la souveraineté populaire en Iran.

Hadi Ameri est un homme de main de la Force terroriste Qods. Son nom, son numéro de compte bancaire et le montant de son salaire figurent dans la liste des mercenaires de cette force en Irak et que la Résistance a révélée il y a plusieurs années. En juillet dernier, il a occupé le camp d’Achraf pour en faire le centre des milices liées à la force Qods. Ensuite, en coordination avec Fallah Fayadh, conseiller à la sécurité nationale de Nouri Maliki, il s’est livré au pillage des biens et des véhicules des Achrafiens.

Les représentants des habitants ont demandé à de multiples reprises aux autorités onusiennes et américaines de prendre les mesures nécessaires pour protéger et entretenir le cimetière d’Achraf, aux frais des Achrafiens. Le 2 décembre 2012, l’agence de presse Fars des gardiens de la révolution avait diffusé des photos de tombes profanées. Le 7 décembre, le représentant spécial adjoint du Secrétaire général de l’ONU, en réponse aux protestations du représentant des habitants de Liberty avait écrit : « La profanation des tombes est inacceptable et si cela est arrivé, nous allons protester vigoureusement. Je suis convaincu que les autorités irakiennes (...) respecteront le sanctuaire des tombes de vos morts.  Je discuterai certainement de ce sujet avec elles. » Mais aucune protestation n’a été émise et le représentant des habitants le 16 décembre lui a écrit que « les agissements ignobles et criminels des agents des services de renseignement des mollahs et des forces irakiennes au cimetière d’Achraf avec la profanation et la destruction des tombes (...) n’ont suscité aucune réaction de votre part ni du représentant spécial, or c’est condamné par toutes les religions et les cultures. »

La Résistance iranienne appelle une fois encore le gouvernement américain, le Secrétaire général de l’ONU, son représentant spécial, le Haut-commissaire des droits humains et le HCR à prendre des mesures urgentes pour empêcher ces agissements inhumains et immoraux et à protéger le cimetière d’Achraf.