Investigation européenne made in Séville

Article publié le 26 avril 2009
Publié par la communauté
Article publié le 26 avril 2009
Séville héberge depuis 1994 à la "isla de la cartuja" l'institut de prospective technologique (IPTS), un des sept centres d'investigation du centre commun d'investigation de la Commission Européenne.

Souvent quand on parle d'institutions européennes, on pense tout de suite à des villes comme Bruxelles, Luxembourg ou Strasbourg. C'est pour cela qu'on trouve surprenant, la présence, inconnue pour une grande majorité, d'un organisme dépendent de la Commission Européenne à Séville. Le "IPTS", où travaillent actuellement environ 200 personnes dont des fonctionnaires de la commission, scientifiques invités et experts des différents états membres, a comme mission de procurer un soutient technico-scientifique à la formulation de politiques communautaires, en réalisant des projets a pétition des différentes Directions Générales de la Commission et pour le Parlement Européen dans les dernières années. Le travail scientifique de haut niveau qu'il y a à l'IPTS se structure en cinq zones séparées: production et consommation durable, énergie et transport, société de l'information, la connaissance au service de l'information et des aspects économiques de l'agriculture et le développement rural. Le "IPTS" n'est pas, par contre, l'unique organisme dépendent de la Commission Européenne qui compte sur la présence de l'Espagne: l'agence européenne pour la sécurité et la santé au travail se trouve à Bilbao et le projet européen sur l'énergie de fusion s'est lancé en 2007 à Barcelone, même si probablement l'organisme européen le plus important à l'intérieur de nos frontières est le bureau d'harmonisation du marché intérieur (OAMI), qui s'occupe du registre des marques, dessins et modèles communautaires, dont le siège se trouve à Alicante.

Carlos Sánchez

Traducteur:

Khalil Taoufik Bouazzaoui