Interview d'Olivier Brachet, directeur de Forum Réfugiés

Article publié le 22 juillet 2008
Article publié le 22 juillet 2008
Propos recueillis par "Lutin Jovial" « La France a pris du retard en matière d’intégration des réfugiés » Babelyon : Forum Réfugiés a mis en place le programme Accelair visant à favoriser l’insertion socioprofessionnelle des demandeurs d’asile. Quels enseignements tirez-vous de ce programme ?

Olivier Brachet : Les autorités françaises cherchent à systématiser la coordination entre les acteurs de l’emploi, du logement et de l’immigration. Elles sont satisfaites de ce qui a été fait avec le programme Accelair. L’idée, maintenant c’est de systématiser la démarche au reste de la France. Accelair est mis en place dans le département du Rhône. Il est prévu d’étendre ce programme dans 3 autres régions françaises, puis au niveau national.

Actuellement, nous sommes dans la phase d’identification de 3 régions volontaires. Forum Réfugiés interviendra ensuite pour la mise en place d’un tel programme. L’idée est de compléter les dispositifs qui existent déjà dans les autres régions ; donc pas forcément de faire l’exacte copie de ce qui a été mis en place dans le Rhône.

Des problèmes vont peut être se poser en ce qui concerne le financement de tels programmes. Forum Réfugiés fonctionne beaucoup avec l’argent de l’Union Européenne. Dans quelle mesure l’UE sera-t-elle en mesure de financer des programmes similaires à Accelair dans toute la France ? C’est l’inconnue…

Il faut garder à l‘esprit que la France a pris du retard en matière d’intégration des réfugiés ; notamment depuis la fin des années 90 avec la suppression d’actions destinées spécifiquement aux réfugiés. Il y a de gros efforts à faire en matière de récupération des qualifications des demandeurs d’asile. Par exemple, les médecins demandeurs d’asile ont souvent beaucoup de difficultés à pouvoir exercer leur profession en France. De gros efforts sont aussi à faire en matière d’enseignement de la langue française aux demandeurs d’asile.

BL : Quels pays disposent des politiques d'asile/immigration les plus souples au sein de l'Union Européenne ?

OB : Il y a un groupe de pays à hauts standards : Suisse, Autriche, Hollande, Danemark, Angleterre, France, Allemagne. Ces standards ont cependant eu tendance à baisser avec l’arrivée ces dernières années de gouvernements populistes (Autriche, Suisse, Hollande, Danemark…) même si une fois ces gouvernements dissous, la tradition de hauts standards reprend vite le dessus. L’Allemagne mène depuis longtemps une politique de « petits statuts » pour les demandeurs d’asile, c’est-à-dire aux critères inférieurs à ceux de la Convention de Genève. La Belgique fait des efforts louables. L’Italie a tendance à n’être qu’un pays de passage pour les réfugiés. L’Espagne et la Pologne sont des gros pays de franchissement et ont plus de difficultés à avoir des standards élevés. La Grèce ne montre aucun intérêt pour un programme de demande d’asile. La solidarité européenne est mise en défaut sur Malte qui succombe sous le nombre de réfugiés… mais qui n’est aidée par aucun autre Etat membre.

BL : Qu'en est-il des politiques de droits d'asile dans d’autres pays occidentaux, hors Union Européenne ?

OB : C’est l’Australie qui fait les plus grosses entorses à la Convention de Genève. Ils sont dans une stratégie de refoulement des demandeurs d’asile et de « sous-traitance de leur politique d’asile » à une petite île voisine. La Nouvelle-Zélande est un pays peu accessible. Ils ont donc moins à faire face aux flux de réfugiés. Au Canada et aux Etats-Unis, il y a une tradition de « réinstallation » pour les réfugiés qu’ils vont chercher. Par contre, ils offrent peu de protection pour les réfugiés qui traversent la frontière. Dans le monde, la France, les Etats-Unis et le Canada sont les principaux pays d’accueil des réfugiés.

BL : Des politiques d’asile plus ambitieuses au sein de l’Union Européenne nécessitent des moyens (financiers et matériels) pour être mises en œuvre. Y a-t-il des différences dans les moyens mis en œuvre par les différents Etats membres ?

OB : Dans les pays nordiques et en Allemagne, il y a une tradition « un lit pour une personne ». En Italie, il n’y a rien de prévu. En Angleterre, ils misent sur l’intégration par le marché du travail. Dans les pays d’Europe de l’Est, les politiques de droit d’asile se font à la hauteur des moyens mobilisables.

Les fonds européens seraient la solution la plus adaptée pour les pays les plus démunis de l’UE. Les moyens alloués à l’accueil des réfugiés ont fortement progressé (du fait principalement de la guerre dans les Balkans, qui a généré un flux de réfugiés auquel il a bien fallu faire face). Par contre, les moyens destinés à l’intégration des réfugiés évoluent peu.

Globalement, la situation des moyens allouées par l’UE pour les demandeurs d’asile s’est dégradée : des pays traditionnellement à hauts standards ont restreints leurs moyens. L’élargissement de l’UE à l’Est s’est faite avec des pays qui n’avaient pas de tradition de demande d’asile ; et qui par conséquent allouent peu de moyens à ces politiques.

BL : Est-on capable d’évaluer le coût des politiques d'asile ?

OB : Il n’y a actuellement pas de vision synthétique de la situation au niveau européen. C’est tout l’enjeu de la création d’une instance européenne, que souhaite la France et qui serait capable de remédier au manque d’évaluation des politiques de droit d’asile dans l’UE. Il serait nécessaire d’avoir une approche financière afin d’aider les pays qui manquent le plus de moyens pour l’accueil des réfugiés.

Lisez aussi notre article sur les propositions de Forum Réfugiés pour la présidence française.