Inflation contre fellation : la mise en bouche des politiques

Article publié le 1 octobre 2010
Article publié le 1 octobre 2010
Entre une femme politique française qui confond « inflation » avec « fellation » et le chef du gouvernement espagnol qui préfère « baiser » plutôt que de « soutenir », nous ne devions de consacrer notre délice langagier au « sexus politicus lapsus ». Florilège de Freud politiques…

« Moi quand je vois certains qui demandent une rentabilité à 20-25%, avec une fellation quasi nulle ». En France, cette phrase est devenue, en l’espace d’un jour, la citation la plus connue dans le monde. La responsable ? L’intarissable Rachida Dati, députée européenne et maire du 7ème arrondissement de Paris.

Ce n'est pas la première fois que l'ancienne Garde des Sceaux commet une embardée en liveA la décharge de miss Dati, il semblerait que les lapsus politiques ès sexe soit une manie en France. Par exemple, quand le poste de premier Ministre devient subitement celui de premier pénis :

Processus de refoulement toujours, le lapsus freudien n’a pas épargné l’ancien Premier ministre socialiste français, Pierre Beregovoy, qui parlât de « baise des impôts » au lieu de baisse des impôts en 1992. Remarque, 18 ans après, c’est presque d’actualité…Bref, de l’autre côté des Pyrénées, le Premier ministre espagnol, José Luis Zapatero, a lui aussi assuré dans la confusion lubrique, « stimuler, encourager et baiser le tourisme », confondant le malencontreux dernier verbe « follar » (prononcer « foyar », signifiant baiser) avec « apoyar » (prononcer « apohyaar » et signifiant supporter).

La chancelière allemande, quant à elle, a fait des écarts disons plus honnêtes. En décembre 2008, Angela Merkel a dénommé le membre du parti conservateur et ancien rival, Roland Koch, « Roland Kotz » (« Roland vomi »). Quelque part, le sobriquet a eu de l’effet : Koch a démissionné en tant que leader du parti, dans la région de la Hesse, en mai 2010. Puis la blague a tourné. Pour arriver au Royaume-Uni où un groupe facebook a été crée avec 9 fans du sujet : le nom de famille « Kock » est prononcé « cock » et pas « cook ». Enfin, tout ceci converge vers un même point : la connotation phallique que Rachida Dati a resituée, en bonne et due forme, en tête des journaux internationaux. Le prix de la plus belle titraille revenant au quotidien allemand Die Welt qui a surnommé l’ancienne garde des sceaux « (S)Ex-Ministre ». Vivat !

Photo : ©Henning Studte; Videos: Rachida Dati ©Dailymotion; Politique français©exarkun73/YouTube; Angela Merkel ©keuronfuih/YouTube