Indiana Jones et les freaks

Article publié le 4 juin 2008
Publié par la communauté
Article publié le 4 juin 2008
 Dukal Des magasins, des films, des revues...et même un jour consacré dans le calendrier. Aujourd’hui, le marché du freak (personne passionnée, voire obsédée, par un domaine précis comme l’informatique ou le cinéma, etc.) est en plein essor. Le 25 mai dernier, on a célébré le Jour International des Freaks, jour importantissime pour tous les européens les plus extravagants. Cette semaine a été riche en émotions, en drôleries et en bizarreries pour tous ces personnes entre la première d’Indiana Jones et l’Eurovision (désormais appelé Eurofreak).

Le jeudi 22, les halls des cinémas se sont remplis d’individus déguisés en Indiana Jones. On a pu en voir de toutes les couleurs : freaks médiocres, ayant remplacé leurs fouets par les laisses de leurs chiens et ayant ressorti les gourdes des années 80 que leurs mères remplissaient d’eau pour leurs excursions au collège. D’autres, plus professionnels, qui récitaient en anglais les phrases du célèbre archéologue. Cependant, dans ce blog nous ne parlerons pas d’Indiana Jones pour que ne s’enrichisse davantage en faisant des mauvais films. Spielberg

L’Europe est remplie de freaks, ils sont en vogue et c’est cela qui nous importe. Aujourd’hui, tout ce qui témoigne d’une passion démesurée pour quelque chose, est accepté par la tribu urbaine de mois en moins élitiste des fanatiques. Cette tendance ratisse tellement large qu’en Espagne, il existe une revue géniale pour tous ces freaks bobos intellos qui écoutent de la musique faite à partir de verres cassés, qui regardent des films moldaves et lisent des livres à l’envers. Elle s’appelle (mélange entre “free” signifiant gratuit, et “freak”) et je vous recommande de la lire. Cela vous aidera peut-être à découvrir votre sensibilité culturelle la plus anormale et la plus intéressante. FREEK!

Nous avons également des freaks de football, comme ce couple de Cordoue, en Espagne, qui a fait faire ses photos de mariage dans le stade de leur équipe jouant en 3ème division (il n’y a pas plus freak que cela...); freaks de cinéma, à l’image de ceux qui s’agglutinent devant les portes de cinéma lors des premières, déguisés en Gollum ou enfin les freaks des jeux de rôles, qui parlent avec leurs figurines en plastique tout seul dans leurs chambres. Cati Kaoe Todos somos frikis

Ne riez pas : Nous sommes tous des freaks. Je me considère moi aussi comme un freak et j’en suis fier, même si je ne sais pas dans quel groupe me ranger. Je raffole des sandwiches au pain de mie et des moules à l'escabèche, et je ne voyage jamais sans une boîte de conserve de ces bestioles en sauce. Je pourrais ainsi être un freak…. de moules par exemple. Etre freak est bon pour la santé, voire salutaire. Le mythe selon lequel les freaks sont frêles et boutonneux est un cliché qui perdure car ils bénéficient au contraire d’une santé de fer, en particulier les freaks des prés, également appelés végétariens. Mais retournons au cinéma. Dans le film culte de Tod Browning, (1932), la monstrueuse parade, vous pourrez découvrir les vraies origines de l’expression “Freak”. Les mœurs ont énormément évolué depuis ce temps-là. A l’époque, ces êtres étaient rejetés par la société, dorénavant, ils sont devenus un vrai marché. Ne manquez pas cette scène, vous allez l’adorer. “Freaks”

Traduction: Franck Cazalas

Pics: Dr Case/flickr