Immigration en Suisse : « Fuck the EU ! »

Article publié le 10 février 2014
Article publié le 10 février 2014

A une très faible majorité, les Suisses ont dit oui ce dimanche à l'initiative populaire « Stopper l'immigration de masse ». Celle-ci prévoit l'adoption de quotas d'immigration et l'embauche prioritaire des citoyens suisses. Revue de presse. 

Pravda - Slo­va­quie : crise de xé­no­pho­bie

La Com­mis­sion eu­ro­péenne et les po­li­tiques de toute l'Eu­rope ont re­gretté l'is­sue du ré­fé­ren­dum hel­vé­tique. Le quo­ti­dien de gauche Pravda par­tage cet avis, re­dou­tant le si­gnal en­voyé à l'Eu­rope : « Il n'a pas suffi que la quasi-to­ta­lité des par­tis par­le­men­taires et des en­tre­pre­neurs se soient op­po­sés à cette pro­po­si­tion dé­rai­son­nable vi­sant à li­mi­ter l'im­mi­gra­tion. Les ar­gu­ments ob­jec­tifs n'ont pas non plus été d'un grand se­cours. Le chô­mage at­teint seule­ment les trois pour cent dans ce pays alpin, de­puis long­temps dé­pen­dant de l'im­mi­gra­tion. La res­tric­tion de la li­berté de cir­cu­la­tion de la main-d'œuvre issue de l'UE com­pli­quera éga­le­ment les re­la­tions entre la Suisse et l'UE, mais cela n'a eu aucun effet dis­sua­sif. À Berne et ailleurs, il fau­dra se de­man­der pour­quoi même dans les pays riches, une pro­pa­gande plu­tôt pri­mi­tive contre toute forme d'in­té­gra­tion peut s'avé­rer payante. … En sous-es­ti­mant sa po­li­tique so­ciale, Bruxelles a éga­le­ment sa part de res­pon­sa­bi­lité dans ce phé­no­mène. Si l'on n'agit pas à ce ni­veau, la xé­no­pho­bie de­vien­dra in­con­trô­lable. » (Ar­ticle pu­blié le 10.02.2014) 

El País - Es­pagne : un repli sur soi in­quié­tant

L'is­sue du ré­fé­ren­dum en Suisse illustre la mon­tée de la xé­no­pho­bie en Eu­rope, écrit le quo­ti­dien de centre-gauche El País, qui ap­pelle les par­tis du centre à prendre ré­so­lu­ment le contre-pied de cette évo­lu­tion : « La vic­toire de ceux qui s'op­posent à l'im­mi­gra­tion de masse en Suisse aura des consé­quences pour toute l'Eu­rope, car ce scru­tin remet en cause l'ac­cord de libre cir­cu­la­tion conclu avec l'UE, mais aussi parce qu'il re­flète le po­pu­lisme et la xé­no­pho­bie qui sé­vissent sur le Vieux Conti­nent quelques mois avant les élec­tions eu­ro­péennes. … En Eu­rope, les forces cen­tristes doivent à pré­sent ré­agir. Elles doivent sur­tout for­ti­fier enfin leur faible lea­der­ship et dé­fendre les va­leurs eu­ro­péennes face à ceux qui craignent l'ou­ver­ture des fron­tières et la mon­dia­li­sa­tion, et qui voient dans le repli sur soi une so­lu­tion à la crise. » (Ar­ticle pu­blié le 10.02.2014) 

Die Zeit - Al­le­magne : un cli­vage entre Zu­rich et pauvres

Cette vo­ta­tion po­pu­laire place les Suisses dans une si­tua­tion dif­fi­cile, ana­lyse l'édi­tion en ligne de l'heb­do­ma­daire li­bé­ral Die Zeit. Un ré­sul­tat lié au pro­blème iden­ti­taire du pays, écrit le jour­nal : « L'en­jeu n'était pas le manque de places as­sises dans les trains, ni les em­bou­teillages sur les routes en­gor­gées, ni les loyers fa­ra­mi­neux des ap­par­te­ments dans les grandes villes. Car dans les ré­gions où vivent les nou­veaux im­mi­grés, à Zu­rich, Ge­nève ou dans le can­ton de Vaud, l'ini­tia­tive de l'UDC a été re­je­tée. … La vo­ta­tion sur l'ini­tia­tive contre l'im­mi­gra­tion mas­sive est de­ve­nue un plé­bis­cite de l'image que les Suisses ont de leur pays. Dans cette course, les ré­gions ru­rales et conser­va­trices l'ont em­porté de jus­tesse sur les zones ur­baines li­bé­rales. … Mais le prix de cette dé­ci­sion idéo­lo­gique pour­rait être énorme pour le pays. En effet, le contin­gen­te­ment de l'im­mi­gra­tion exigé par le texte de l'ini­tia­tive en­freint les ac­cords bi­la­té­raux que la Suisse a pas­sés avec l'UE. » (Ar­ticle pu­blié le 10.02.2014) 

Cor­riere del Ti­cino - Suisse : être sou­ve­rain ou ne rien sau­ver ?

Les Suisses n'ont pas voté contre les étran­gers mais pour leur propre sou­ve­rai­neté na­tio­nale, juge le quo­ti­dien li­bé­ral Cor­riere del Ti­cino : « Et main­te­nant, n'al­lez pas dire que les Suisses sont égoïstes, xé­no­phobes ou même ra­cistes. La Suisse reste et de­meure l'un des pays les plus dé­mo­cra­tiques, les plus to­lé­rants et les plus al­truistes au monde. A l'heure où la sou­ve­rai­neté de l'Etat n'a de cesse de s'ame­nui­ser, la Suisse croit en­core aux ver­tus de la dé­mo­cra­tie, et sur­tout à celles de la dé­mo­cra­tie di­recte. … Cette dé­ci­sion est une dé­ci­sion his­to­rique. Elle illustre en effet le sen­ti­ment d'un nombre crois­sant de peuples eu­ro­péens face à l'UE et aux ins­ti­tu­tions in­ter­na­tio­nales. Un sen­ti­ment qui s'ex­pri­mera aux élec­tions eu­ro­péennes. … Il s'agit d'une dé­ci­sion non pas ra­tion­nelle, mais émo­tion­nelle. Non pas contre mais pour une cause : la dé­fense de soi et de sa propre iden­tité. » (Ar­ticle pu­blié le 10.02.2014) 

Eurotopics - 30 pays - 300 médias - 1 revue de presse