Hongrie vs Slovaquie : les papiers de la discorde

Article publié le 26 mai 2010
Article publié le 26 mai 2010
Le Parlement slovaque a mis en garde la Hongrie mardi 25 mai 2010 contre toute décision visant à accorder la double nationalité aux ressortissants de la minorité hongroise vivant dans les pays voisins. Pour les éditorialistes européens, les gouvernements des deux pays se servent de ce litige pour détourner l'attention des problèmes de politique intérieure.

Die Presse - Autriche: Populisme Urbi et Orbán

Le projet de loi hongrois sur la nationalité sert en premier lieu les populistes au pouvoir à Budapest et Bratislava, constate le quotidien Die Presse : « Cette pratique de la double nationalité a dans de nombreux cas déjà semé la pagaille - il suffit de penser à l'attribution de passeports russes en Ossétie du Sud ou en Abkhazie. Elle crée également des rancœurs dans le voisinage de la Hongrie, même si Budapest affirme vaillamment qu'il n'y a que la Slovaquie qui fait des problèmes et qu'en Roumanie, en Serbie, en Ukraine ou en Autriche il n'y a en revanche pas ou peu de réserves. Même si c'était le cas, Orbán sait très bien à quel point la Slovaquie est hypersensible sur le thème de la minorité hongroise (environ 500.000 individus). Il sait très bien qu'il y aura des élections en Slovaquie le 12 juin et que les loubards nationalistes locaux veulent marquer des points auprès des électeurs avec le thème de la Hongrie, que ce soit le populiste de gauche Robert Fico ou l'anti-hongrois Jan Slota. Orbán veut-il en compagnie de ses deux-là attiser en permanence les disputes de voisinage ? Pour qu'ils puissent tous détourner l'attention des véritables problèmes ? »

(article publié le 26.05.2010)

 Sme – Slovaquie : L’hystérie électoraliste des Slovaques

Les projets de Budapest d'offrir la nationalité hongroise aux Hongrois de l'étranger ont entraîné de violentes controverses mardi au Parlement slovaque. En signe de protestation contre l'annonce de la riposte slovaque, les députés de la minorité hongroise ont ostensiblement quitté la séance. Le quotidien progressiste Sme met en garde contre toute hystérie : « Même si [le futur Premier ministre hongrois Viktor] Orbán faisait passer aujourd'hui la loi sur la nationalité, celle-ci n'entrerait en vigueur qu'au 1er janvier 2011. La Slovaquie aurait ainsi six mois pour l'étudier et expliquer aux organisations internationales compétentes pourquoi cette loi constituerait une mesure unilatérale en vue d'institutionnaliser les relations de la Hongrie avec sa minorité sur le territoire slovaque. … Mais pour [le Premier ministre Robert] Fico et sa coalition, il ne s'agit pas de défendre vraiment les intérêts de l'Etat, mais plutôt d'attiser l'hystérie afin d'améliorer ses propres chances pour les prochaines élections. … Dans le débat concernant l'aide à la Grèce, on a soi-disant le temps jusqu'après les élections. Mais dans la question hongroise, le Parlement agit immédiatement - parce que les élections sont dans 15 jours. »

(article publié le 26.05.2010)

Népszabadság – Hongrie : Fracture interne en Slovaquie

Si le Parlement hongrois adopte la loi sur la naturalisation collective des Hongrois de l'étranger vivant dans les pays voisins, les relations entre Budapest et Bratislava risquent de se refroidir, estime le quotidien de centre-gauche Népszabadság : « Depuis hier, c'est évident pour les Slovaques d'origine hongroise : pour [le Premier ministre Robert] Fico, la Hongrie sera désormais un ennemi déclaré de la Slovaquie si le Parlement hongrois accepte la loi sur la double nationalité. Cet état de fait débute normalement aujourd'hui. Mardi, Fico a indiqué en toute franchise que « ce qui se passe en Hongrie peut être mortel pour la Slovaquie ». Les Slovaques d'origine hongroise voient naturellement une menace dans les propos de Fico. Et c'est également l'intention du chef du gouvernement slovaque. Ces déclarations acerbes ne sont en réalité pas tant adressées aux Hongrois qu'aux Slovaques d'origine hongroise - ce qui est tout à fait logique car ils sont sous son influence. Il peut leur gâcher encore plus la vie. »

(article publié le 26.05.2010)

28 pays - 300 médias - 1 revue de presse. La revue de presse euro|topics présente les thèmes qui animent l'Europe et reflète sa pluralité d'opinions, d'idées et d'humeurs.

Photo: ©rachel titiriga/flickr