Hongrie : le retour sur la scène européenne

Article publié le 9 janvier 2003
Publié dans le magazine
Article publié le 9 janvier 2003
Bon nombre de personnes ayant des racines hongroises ont marqué de leur empreinte le monde occidental (1). Après des décennies derrière le Rideau de Fer, la Hongrie fait finalement son retour sur la scène européenne. Elle adhèrera à l'UE en mai 2004. La population est plus pro-européenne que dans la plupart des autres pays de l’Europe centrale et orientale.
Mais quelques problèmes internes doivent encore être résolus.

Environ dix millions de Hongrois vivent à l’intérieur du pays. De plus, on évalue à cinq millions le nombre de ceux qui sont disséminés dans les pays voisins. La Hongrie a une composition très multi-éthnique avec pas moins de treize minorités. Pour l'UE, le traitement que la Hongrie applique à ses minorités reste une des questions les plus sensibles. En outre, il y a encore quelques problèmes économiques à l'ordre du jour. Dans un discours à l'Institut d´Etudes Politiques (IEP) de Strasbourg, le secrétaire d'Etat hongrois pour l'intégration dans l'Europe, Pétr Balázs, a mis en évidence trois problèmes principaux. D'abord, une solution doit être trouvée pour transformer les allègements fiscaux actuels envers les sociétés étrangères en aide régionale, selon le système utilisé par l'UE. Deuxièmement, Balázs critique la décision d'empêcher les paiements directs agricoles d'atteindre 100 % avant 2013. Ils commenceront à seulement 25 % de leur niveau actuel dans l’UE. Cela pourrait mener à une situation paradoxale dans laquelle la Hongrie deviendrait d’emblée, dès le début de son adhésion, un contributeur net au budget de l'UE, tandis que le pays lui-même resterait sous-développé.. Enfin, la Hongrie préférerait ajouter une période de trois ans aux sept premières années pendant lesquelles les mouvements de capitaux seront limités.

Krisztina Deli, une étudiante hongroise explique quel effet positif a eu la première vague de privatisation sur la prospérité économique en Hongrie. Néanmoins, la pauvreté et le chômage restent des problèmes sérieux. Elle espère que l'adhésion à l’UE aidera à les prendre à bras le corps. Péter Norváth, un autre étudiant hongrois, a dit que l'argent des fonds structurels devrait jouer un rôle important en achevant le processus de transformation en économie de marché et stabiliser l'économie hongroise en général. En outre, l'adhésion à l'UE renforcera l'identité européenne du pays.

Mise au point d'une stratégie commune concernant la Russie

Balázs a montré dans son discours que la Hongrie a des ambitions plus grandes que d’être simplement un bénéficiaire de l'aide financière. Il a décrit sa vision pour une Europe meilleure. D'abord, l'efficacité de l'UE devrait être augmentée par la simplification et la concentration des traités existants. Deuxièmement, Balázs considère qu’un président fort à la tête de la Commission européenne est cruciale. De plus, le processus décisionnel du Conseil européen devrait être rendu plus transparent, y compris par une implication plus grande des Parlements nationaux. Enfin, Balázs a souligné le besoin d’une action extérieure plus forte de la part de l'UE, comme la représentation à l’étranger, le fait de parler d’une seule voix face au Fonds monétaire international et la mise au point d'une stratégie commune concernant la Russie.

Il y a de fortes chances pour que l'avenir de l'Europe ne soit pas seulement formé par quelques pontes hongrois, mais par la Hongrie dans son intégralité, au moment où elle prend sa place comme une partie intégrante de l'Union européenne.

(1): Le spéculateur George Soros (qui a notamment fait sortir la livre britannique du système monétaire européen en 1992) et le Ministre allemand des Affaires étrangères Joschka Fischer (qui a également joué un rôle important dans le mouvement de 1968) sont juste deux exemples célèbres.