Hollande en désaccord avec son gouvernement

Article publié le 28 juin 2013
Article publié le 28 juin 2013

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

En direct du sommet

Le Conseil européen s’ouvre  sur fond de « Barroso bashing » de la part de certains membres du gouvernement français. François Hollande réagit, «  ce n’est pas l’heure des débats ni des élections ». Ce qui importe c’est de travailler avec les institutions, et de passer outre les débats de personnes.  Zoom donc sur l’union bancaire, la croissance et l’emploi des jeunes.

Le Conseil européen s’ouvre  sur fond de « Barroso bashing » de la part de certains membres du gouvernement français. François Hollande réagit, «  ce n’est pas l’heure des débats ni des élections ». Ce qui importe c’est de travailler avec les institutions, et de passer outre les débats de personnes.  Zoom donc sur l’union bancaire, la croissance et l’emploi des jeunes.

Le président français s’est félicité des avancées en matière économique lors de ce Conseil européen. En particulier, en ce qui concerne l’approfondissement de l’Union bancaire, et l’application du pacte de croissance. Objectif, mettre en avant les avancées, mais François Hollande a aussi rappelé à plusieurs reprise qu’il aurait souhaité avoir des décisions plus rapides et plus approfondies.  En filigrane apparaissent donc les dissensions. A cet égard il a insisté sur les revendications portées par la France et soutenues par le Parlement européen, qui ont été adoptées. Ainsi, le programme européen d’aide alimentaire ne sera pas supprimé. Son budget sera abaissé à 2,5 milliards d’euros par an (au lieu de 4 milliards actuellement). Les Etats auront la possibilité d’y ajouter 1 milliard de contribution volontaire, s’ils veulent. Ou peuvent.

Les jeunes au centre

Le Conseil a donc décidé d’attribuer 6 milliards d’euros pour la période 2014 – 2015 pour lutter contre le chômage des jeunes. Il concerne 25,4% de la population active de moins de 25 ans en France.  En pratique la France aura accès à 600 millions d’euros de ce budget. Il sera utilisé dans les régions où plus de 25% des jeunes sont au chômage. Cela concerne environ 300 000 personnes.  Ce budget permettra aussi de développer le programme de « garantie jeune » : permettre à chaque jeune d’avoir accès à un stage, un emploi ou une formation dans les 4 mois qui suivent sa sortie de l’école. C’est pourtant  un projet qui existait déjà de manière expérimentale en France, et dans certains pays européen, certes sans fond propre.

« Maitriser »

La « maitrise », c’était le maître mot du président français au cours de ses conférences de presse. Les recettes de l’Etat pour les années à venir étant incertaines, François Hollande a appelé à maitriser les dépenses publiques, de manière à maitriser la dette. Concrètement, comment va-t-on faire?  Le gouvernement s’est fixé pour objectif de diminuer ses dépenses de 1,5 milliards d’euros  en 2014. Avec pour leitmotiv du Président, «éviter de recourir à l’impôt même s’il y aura des choix à faire », rappelant quand même qu’il faudra « engager une réforme des retraites ».  

Deux jours de discussions pour mettre en avant une Union européenne organisée pour surmonter la crise, et oublier les dissensions. « Pourquoi vous pensez toujours que l’Allemagne met des limites à tous » finit d’ailleurs par demander François Hollande, en esquissant un sourire, au parterre de journalistes.