Histoires de crêpes

Article publié le 3 janvier 2006
Article publié le 3 janvier 2006

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Comment expliquer l'existence d’un vocabulaire identique dans des langues aussi différentes que l'allemand d’Autriche, le slovaque et le hongrois ? Il semblerait que certains mots puissent aisément sauter d’une famille linguistique à l’autre. Il est vrai que l'Autriche, la Slovaquie et la Hongrie ont appartenu au même empire pendant des années. D'ailleurs, les termes désignant la nourriture y sont curieusement identiques. « Maïs » se dit « kukurica » en slovaque, « kukorica » à Budapest et « Kukuruz » dans l’est de l’Autriche, où l’appellation allemande « Mais » est rarement employée. Autre exemple, celui de la crêpe. En Slovaquie, on demandera une « palacinka », en Hongrie une « palacsinta » et une « Palatschinken » près de Vienne. Alors qu'en Allemagne, c’est « Pfannkuchen » qui fait office de terme consacré. Et il existe trop d’anecdotes culinaires équivalentes pour croire à une simple coïncidence. Mais finalement, peu importe les diverses dénominations de la crêpe, pourvu qu'elle soit bonne…