Hip-hop et réfugiés en Italie : petits pas de chance

Article publié le 28 juin 2016
Article publié le 28 juin 2016

Sous les quais de la plus importante gare de Rome, le vrombissement des sorties de bureaux cède place à un autre son de cloche. Le collectif de danse, Termini Underground, aide les migrants à s'intégrer dans la société italienne en pratiquant le hip-hop et la breakdance. Alors que les trains au départ pourraient faire vibrer les murs du studio, ce sont les danseurs qui le font trembler.

Sinan du Kosovo, Jorge Luis de Colombie et Juru du Rwanda – trois jeunes migrants d'origine différente qui ont débuté la danse ensemble dans une troupe du centre de Rome.

Six pieds sous terre

Tandis que l'histoire de danseurs internationaux unis par leur talent artistique peut sonner comme un conte de fée, ces trois là vous diront que rien n'est plus faux. En raison de circonstances malheureuses, ils ont été obligés de quitter leur pays en quête d'une vie meilleure. Cela les a amenés à rejoindre Termini Underground, un groupe de danse atypique qui rassemble des jeunes venus chercher l'asile en Italie et qui les aide à s'intégrer dans la société italienne.

Alors qu'il n'avait que six ans et qu'il vivait à Prizren, petite ville de l'ex-Yougoslavie, Sinan a été vendu par son père à une famille en Sicile. « J'ai été obligé de voler. Et puis à un moment donné, j'en ai eu assez et j'ai décidé de fuir », explique Sinan.

Ayant grandi dans des centres pour jeunes et même des monastères dans le sud de l'Italie, il a trouvé un réconfort dans la musique ce qui l'aidé à fuir la réalité. « La danse est mon remède », me dit-il en se remémorant ses premières expériences alors qu'il n'était qu'un jeune garçon. « Cela me permet de ne pas broyer du noir. » Il est venu s'installer à Rome très tôt, où il a découvert le projet de danse Termini Underground. Après l'avoir rejoint, il est rapidement devenu un des meilleurs break-dancers, désormais connu sous le nom d' « Angelo B-Boy ».

Nous nous retrouvons dans le studio de Termini Underground, un local directement situé sous les quais de la plus importante gare ferroviaire d'Italie - et la deuxième d'Europe -Termini Stazione. Alors que nous discutons, je peux entendre le sifflement des trains au-dessus de nos têtes, et les murs qui commencent à trembler à chaque départ du quai.

L'endroit, qui autrefois appartenait au syndicat des cheminots, est devenu le repaire favori de plus de 500 jeunes à travers le monde qui ont jusqu'à présent dansé avec le collectif.

Le projet est né il y a une décennie lorsque la danseuse et chorégraphe Angela Cocozza a décidé de venir en aide aux jeunes qu'elle voyait souvent traîner autour de la station Termini. La plupart d'entre eux ont migré en Italie après avoir fui des pays ruinés par une crise économique et les conflits. Certains se droguaient déjà et buvaient de l'alcool. D'autres étaient sur le point de commencer. Termini Underground leur a offert un endroit gratuit pour danser et une chance de s'impliquer dans une activité collective - une étape fondamentale dans le processus d'intégration.

« Comme ma famille »

Jorge Luis, 28 ans et originaire de Colombie, est arrivé en Italie durant son enfance où une famille italienne l'a adopté. Avant de devenir un membre de Termini Underground, il passait ses journées devant le McDonald's à la station Termini - un lieu de rencontre normal pour les jeunes qui tuent le temps en regardant les passants.

« J'adore l'atmosphère qui règne ici parce que, dans cet endroit, il y a une ambiance de rue », a déclaré Jorge Luis, qui a échangé durant ces six dernières années l'avant-cour du McDo contre le studio de danse underground. Un danseur talentueux et qui travaille dur, puisqu'il enseigne désormais la danse hip-hop à une plus jeune génération. Même s'il n'a jamais eu la chance de retourner dans son pays natal, Jorge Luis intègre des éléments de danse sud-américaine dans ses chorégraphies.

Les danseurs issus de Termini Underground se sont produits dans des spectacles de rue, lors de festivals, à la télévision et sur certaines des plus prestigieuses scènes de théâtre de Rome. Un média italien a décrit le show de l'année dernière qui a eu lieu au Brancaccio Theatre de Rome comme étant « une remarquable performance de créativité de la jeunesse internationale ». Ils répètent maintenant pour une prestation au Teatro Sala Umberto, un autre théâtre romain très connu qui les accueillera d'ici la fin du mois.

« Je suis très heureux de cette opportunité », a affirmé Juru du Rwanda, qui, à tout juste 24 ans, est déjà un danseur expérimenté avec de nombreuses performances à son actif. « J'ai pu me retrouver sur de nombreuses scènes grâce à Termini Underground. Je suis content parce que le spectacle ressemble au nôtre. »

Juru a fui les massacres de 1990 dans son pays natal et est arrivé en Italie, où il a obtenu le statut de réfugié politique. « J'ai entendu parler de Termini Underground à l'école. Quelqu'un a parlé d'un endroit où on pouvait danser gratuitement et je me suis dit "ok, allons voir ce que c'est" », a-t-il confié. Six ans plus tard, Juru a non seulement développé ses talents de danseur de façon considérable mais s'est également fait beaucoup d'amis. « Ce groupe fait partie de moi », a-t-il ajouté. « C'est comme ma famille. »

Juru, Jorge Luis, Sinan et tous les autres danseurs de Termini Underground, continuent de danser pour l'intégration des jeunes qui arrivent en Italie. D'ailleurs, quiconque le souhaite peut se joindre à eux.