Henning et la tour européenne

Article publié le 16 août 2007
Article publié le 16 août 2007

Attention cet article n'est paru dans aucun groupe du magazine et n'a donc fait l'objet d'aucune relecture.

Sans les dessins hebdomadaires de notre caricaturiste Henning Studte, la rubrique Tour de Babel ne serait pas ce qu'elle est.

Depuis la naissance de « Tour de Babel », Henning Studte, 48 ans, plonge son pinceau dans l'Europe spécialement pour cafebabel.com. Semaine après semaine, ce caricaturiste et dessinateur de presse expérimenté -il dessine pour le FAZ, le Frankfurter Rundschau mais aussi pour le Süddeutsche- apporte sa pierre à une meilleure communication entre les peuples. Dans sa langue maternelle, bien entendu ! Mais là où la barrière de la langue peut paraître de temps à autre insurmontable, Henning Studte nous offre une traduction universelle comprise du Portugal à l'Europe de l'est, et ce grâce à son pinceau, . Portrait.

Henning, qu'est ce qui t'a mené au dessin ?

Quand j'allais à l'école, j'aimais beaucoup imiter mes professeurs – leurs tics de langage, leur manière de parler et leurs lapsus, leurs gestes et leurs mimiques. Par la suite j'ai eu l'envie pressante d'immortaliser avec mon crayon toutes les choses drôles, comiques ou ridicules qui nous entourent et de les exagérer pour en garder le souvenir.

D'où puises-tu ton inspiration pour la Tour de Babel ?

Je reçois toujours le texte de Tour de Babel le vendredi. Je le lis une première fois et je le laisse cheminer en moi. Le mardi soir, le texte est « mûr », soit quelques heures avant sa parution. Je me sers un verre d'un bon vin européen, et je plonge ma plume dans un pot d'encre de Chine. Une fois que les couleurs sont bien trempées, mélangées, remuées et posées sur le papier, je l'envoie par mail à la rédaction de Paris.

Que signifie la Tour de Babel pour toi ?

Je garde les textes de Tour de Babel que j'illustre plusieurs semaines en tête. J'apprend beaucoup sur la vie, les côtés pertinents et le bon sens plein d'humour des langues. C'est un véritable tour de force de regrouper de si nombreuses et diverses expressions en un seul texte. J'espère que j'arrive à associer des dessins à ces textes qui arracheront un sourire à un ou plusieurs lecteurs de Tour de Babel.

Comment es-tu arrivé à Tour de Babel ?

Depuis longtemps, je m'intéresse particulièrement à l'actualité politique et sociale. J'ai créé une bd entière pour le mouvement « Plus de démocratie » qui se fait entendre aussi bien au niveau de l'Allemagne que de l'Union européenne. Je me suis intéressé à Café Babel, et j'ai posé ma candidature en tant que dessinateur.

L'Europe est-elle une caricature ?

L'Europe n'est absolument pas une caricature ! Pour moi, l'Europe représente un grand espoir d'une meilleur compréhension et communication entre les peuples, comme le montrent cafebabel et les rédactions internationales. Mais les peuples européens ne peuvent atteindre cette compréhension que s'ils se considèrent comme un orchestre géant avec une particularité : les citoyens sont à la fois chef d'orchestre, musiciens et auditeurs. Mais avant cela ils doivent déterminer ce qui se joue et ce qui va se jouer. Quand tous les instruments seront bien accordés et joueront en accord, l'ensemble sera entièrement cohérent. On obtient ainsi – et la langue le souligne une fois encore - une coordination des peuples. Sans cela, l'Europe risque de se « planter » complètement et de ne plus avoir de programme, car il n'y aura plus personne pour écouter.