Helsinki, mon amour : musique de givrés 

Article publié le 30 septembre 2013
Article publié le 30 septembre 2013

A l'occasion d'une soirée consacrée à la musique finlandaise ce jeudi 3 octobre, cafébabel vous donne l'occasion de frémir un peu avant les autres. Détails et explications par le menu d'une soirée forcément givrée.  

Il faut bien admettre que mise à part l’éducation, la politesse et l’insolence des chiffres du chômage, les échos du Grand Nord ricochent sur un plafond de verre comme les glaçons dans un verre d’aquavit. Pourtant, c’est peut-être trop de le dire, mais la Finlande qui se conjugue souvent au plus-que-parfait éduque aussi ses honnêtes citoyens avec de la musique. Et ça, on ne le dit pas assez.

Il faut bien admettre aussi que celui qui se penche un tant soit peu sur les fraîches mélodies nordiques s’en retrouve généralement glacé. Un peu comme un gamin qui ne sait pas ce qu’il voit et qui décide de mettre la langue sur la vitre, l’un de vos sens peut vite fait se mettre à givrer. On vous disait, ici et , que la Finlande ne produisait pas que des téléphones incassables (elle n’en produit plus d’ailleurs) et des groupes de metal à la voix cassée. La bonne santé d’un pays qui parvient de mieux en mieux à empêcher sa population d’allumer le gaz s’explique aussi par la propension des artistes finlandais à accompagner - non pas la fin de vie mais la vie tout court - de ses concitoyens. Pour preuve, certains sudistes - au hasard des Français - n’hésitent plus à passer la Baltique pour s’envelopper dans de nouvelles peaux. C’est le cas d’Eva&Manu, de Mi and l’Au. Elles sont finlandaises, ils sont français. Et le mariage n’est pas gris mais plutôt solaire.

Eva&Manu - All I Can See

Depuis le temps, vous l’aurez compris, on milite souvent pour les plaisirs oubliés. Et à l’occasion d’une soirée « Heslinki, mon amour » organisée ce jeudi 3 octobre à la Flèche d’Or (Paris, 20ème), on s’est dit que ce serait pas mal de vous faire sauter le pas pour une programmation musicale complètement givrée. Au menu : trois groupes. Black Lizard qui la joue un peu psyché tendance 70’s en fusionnant les grosses guitares avec un sitar. Phantom qui lorgne du côté de l’électro onirique comme le faisait Archive en son (beau) temps. Et S I I N A I qui, sur Olympic Games, a décidé de composer la bande-son des JO sans voix mais avec un succès qui s’apprécie forcément au Finnish. Trois groupes, trois sons différents, trois découvertes mais rien que ne vous fasse perdre le nord. Bien au contraire.

Phantom - Kisses

La soirée « Helsinki mon amour » aura lieu le jeudi 3 octobre à la Fléché d’or. Infos et réservation ici. Partenaire de l’événement, cafébabel vous fait gagner 6 places si vous envoyez un mail à la rédac’ (redaction@cafebabel.com) avec la phrase « Givré, c’est sûr ! ».