Habits de fêtes pour les Champs-Elysées

Article publié le 23 décembre 2008
Publié par la communauté
Article publié le 23 décembre 2008
L’évènement est une première. Jusqu’à la fin du mois de décembre, les Champs-Elysées accueillent un marché de Noël qui se veut un peu particulier. Aux couleurs de l’Europe, comme le drapeau qui flotte sous l’Arc de Triomphe, ou les sublimes illuminations qui courent le long de la plus belle avenue du monde. Une manière inédite de célébrer la fin de la présidence française de l’Union Européenne.

L’idée de départ est franchement originale. Né de l’association entre Marcel Campion, propriétaire de la grande roue de la place de la Concorde, et le comité Champs-Elysées, le projet voit grand.  Tout en gardant l’esprit traditionnel du genre, il veut être en phase avec le monde d’aujourd’hui : le thème sera donc l’Europe, ses produits, son terroir. Ce sont ainsi plus de quatre-vingt dix cabanons qui ont pour mission de faire découvrir aux badauds les spécialités européennes. Séduisant, direz-vous… Oui, sauf que le pari n’est pas complètement réussi, loin s’en faut.

Certes, on ne peut être qu’admiratif devant l’énergie déployée par « le roi des forains » Marcel Campion et le comité Champs-Elysées. Ils ont réussi à animer la partie basse, et donc non commerçante, de l’avenue. Le soir venu, l’endroit devient même réellement féerique, guirlandes et lampions aidant. L’esthétique du marché est un succès : les chalets, made in France, et taillés dans du bois polonais, sont joliment mis en valeur. Un écrin magnifique pour un contenu… inégal.

Du bon… 

Quelques perles sortent clairement du lot de vendeurs de peluches bas de gamme et autres enseignes archi-commerciales, qui, même si elles ont leur rôle à jouer en période de fêtes, n’ont rien à voir avec le terroir. Selon Marcel Campion, quatorze pays de l’UE participent au marché. Ainsi, l’escale au stand catalan est obligatoire : dégustations de saucissons au Serrano à se damner… Arrêtez vous aussi chez les Belges, où galettes, crêpes et gaufres remportent tous les suffrages. En vrac, pain d’épices autrichien, spécialités auvergnates, sirop d’érable canadien… Et les classiques du marché de Noël : huîtres, vin chaud, thé... Les initiatives ne sont pas seulement gastronomiques. Ainsi, on y trouve aussi du savon d’Alep, des huiles essentielles artisanales, et crèche oblige, des santons de Provence.

On est parfois à la limite de l’attrape-touriste : les organisateurs ont même pensé à mettre en place un stand où l’huître se vend à un euro, pour que les visiteurs puissent arpenter l’avenue en dégustant ce met de luxe. Force est de constater que la tartiflette fait meilleure recette : les plats géants attirent une foule considérable d’étrangers, intrigués par cette mystérieuse préparation… pour le moins odorante. Un bar à champagne vient clôturer la trop courte liste des cabanons intéressants. En somme, le fantasme de la finesse gastronomique française à portée de tous, et dans un cadre idyllique. Vous avez dit cliché ?

Et du moins bon.

Le reste de ce marché de Noël est plus proche de la fête foraine qu’autre chose. Trop de barbe à papa, trop de gadgets, trop de souvenirs de Paris, trop de produits bas de gamme. Les visiteurs, eux, ne semblent pas partager cet avis. Ils affluent tous les jours devant les étals, sourire aux lèvres Et le thème de l’Union Européenne peine grandement à trouver une justification : les drapeaux des vingt-sept qui flottent au faîte des chalets ne correspondent en rien à ce que l’on trouve dans ladite cabane. Quelle tristesse de dénicher des poupées russes made in China dans une maisonnette arborant l’étendard Portugais… Un peu tatillon, direz-vous. Certes. Mais nous sommes sur les Champs-Elysées, il est permis de rêver.

Et que dire de ces quelques grandes enseignes qui occupent les places les plus en vue ? Certains vendent des jouets, ce qui suit une certaine logique. D’autres sont bien moins légitimes : n’y a-t-il pas d’autre lieu qu’un marché de Noël pour présenter ses offres énergétiques ? Même si le chalet est fort bien illuminé… Reste cette désagréable impression d’être au cœur d’un évènement purement commercial.

La Terre tourne, et les commerçants font du commerce. On aurait aimé qu’ils retrouvent, le temps de Noël, leur âme d’enfant.

Thomas Poupeau

Infos pratiques

Accessibilité aux personnes à mobilité réduite

Marché de Noël des Champs-Elysées

75 008 Paris

RER A 

Charles de Gaulle – Etoile

Métro lignes 1 et 9 

Franklin-Roosevelt

Contact 

01 47 22 40 99