Gym suédoise ... ?

Article publié le 4 novembre 2008
Article publié le 4 novembre 2008
Ils sont partout ces Suédois, surtout là où on ne les attend pas. Vous avez dit gym ? Quarante femmes en sueur, un ou deux hommes égarés, des queues de cheval qui fouettent l’air, et une odeur âcre de transpiration : vous penseriez être dans un banal club de sport, et bien non, vous êtes à la GYM SUEDOISE.

Et oui, il ne leur suffit pas d’être les bons élèves de l’Europe avec un modèle social devenu la solution miracle à tous nos maux ; les suédois, et bien sûr les suédoises, sont, faut-il le rappeler, des top model en puissance. La rivalité féminine étant ce qu’elle est, je me sentais dès lors peu encline à développer une amitié franco-suédoise… à moins que ces beautés nordiques ne se décident à nous faire profiter de leurs petits secrets de beauté.

Or, aller à la gym suédoise c’est découvrir que ces corps de rêve, ces jambes fines et élancées de nos compatriotes européennes, ne sont seulement naturels mais le fruit d’un dur labeur. Et ça rassure !

Après m’être délectée cet été, moqueuse, à la vue de ces meutes de femmes, faisant des mouvements ridicules, voilà, que moi aussi, petite brune maigrichonne aux yeux noirs, (i.e antithèse de la suédoise grande blonde aux yeux bleus),  je décide de prendre ma revanche et de tenter ma chance.

Bien sûr, j’y vais avec une amie et pendant l’heure, n’assumant pas encore ces mouvements étonnants, je ricane souvent avec ma binôme. Pourtant l’incroyable se produit : j’aime et j’en redemande.

Le concept est plutôt simple : sans jamais s’arrêter nous sautillons, abdotons, pompons,  tout cela en nous dandinant sur un rythme endiablé. Le petit truc en plus : tous les mouvements des jambes sont accompagnés d’une chorégraphie subtile des bras et là ça se complique ! Réussir à coordonner le tout n’est pas une mince affaire et le premier  objectif devient rapidement d’éviter les collisions. Enfin, je n’allais pas me plaindre, pour une fois que mes réminiscences et réflexes de l’auto tamponneuse retrouvaient toute leur utilité!

Emballée, j’y retourne par la suite. Bien sûr l’ambiance est joyeuse et sympathique, mais plus question de ricaner bêtement. Je me donne à fond car j’ai bien compris que ce qui se joue dans ce cours pendant une heure, c’est l’amour entre Européens.  Et oui, car au fil des cours et de mon corps se musclant, c’est toute ma gratitude et mon amitié pour cette contrée lointaine qu’est la Suède qui grandirent !

P.S : A toutes les Suédoises qui ne sont ni grandes et ni blondes, aux yeux bleus : mes excuses !

Rédacteur : Aurore Abdoul-Maninroudine.Crédit photo :

Elsie Escobar/FlickR