Gaza dans le tunnel et sans lumière

Article publié le 4 février 2009
Article publié le 4 février 2009
Mahmud Abbas s’est dirigé, pendant un discours solennel, aux Eurodéputés pendant leur séance plénière à Strasbourg. Il a dénoncé les mêmes viols du droit humanitaire que le communiste Wurtz, au bord des pleurs, et le socialiste Borrel à leur retour de leur visite à Gaza.

« il faut que plus d’hommes politiques et de journalistes aillent à Gaza pour qu’ils racontent ce qu’ils ont vu. » C’est le souhait de Francis Wurtz, les larmes aux yeux et la voix tremblante en finalisant sa conférence de presse sur sa récente mission à Gaza. Un jour plus tard, le leader historique du parti palestinien Al Fatah, fondé par Yasser Arafat, Mahmud Abbas, a dénoncé devant les Europarlementaires les « viols du droit humanitaire de la part d’Israël à Gaza » pendant le dernier mois d’attaques, tout en s’engageant à collaborer pour mettre fin à la « situation de coup d’État » que vit son pays à travers la formation d’un « un gouvernement d’unité nationale qui ouvre une période de réconciliation ».

Essence à 7 euros le litre

« Gaza est un territoire rasé », dénonce Fancis Wurtz. Une vision qui a poussé quelques semaines auparavant le Commissaire européen au développement, le libéral Louis Michel, à affirmer que ce qu’il avait recensé était « abominable ». « Je sais que par le tunnel de Gaza vers l’Égypte on passe des armes, mais ce pour quo on utilise le plus les tunnels c’est pour conduire des denrées et du combustible pour la survie des habitants de Gaza », reprend le

communiste; « des produits qui se vendent à des prix faramineux comme l’essence à sept euros le litre ». En revanche, l’Israël affirme que le tunnel ne sert qu’à transporter les projectiles utilisés contre l’État hébreux. C’est la raison qui le pousse à vouloir détruire le tunnel au prix de laisser Gaza mourir de faim. C’est le nord-est de Gaza la partie la plus touchée par les bombardements depuis l’Israël. Borrel, qui a accompagné Louis Michel en Israël et Palestine, raconte que tout a été rasé, « les usines de biscuits ou de ciment à Sderoth et Ramallah ». Selon lui, “tout donne l’impression que les bombardements ont été indiscriminés et non pas sélectifs, comme le prétend l’Israël ». des témoignages parlent de champs d’oliviers brûlés. « Des cimetières labourés par des chars ! », s’exclame Wurtz, qui exige à l’UE « plus d’indépendance politique et de courage » pour que la relation ente l’Europe et l’Israël soit basée sur le respect du droit international « et non pas sur l’impunité ». La reconstruction de Gaza est estimée à hauteur de deux milliards de dolars, dont la moitié sera apportée par l’Arabie Saoudite. Aujourd’hui, Abbas a annoncé une aide de 600 millions de dolars en provenance de donateurs étrangers. (Photos: http://www.flickr.com/photos/farshadebrahimi/ + Parlement européen)