Gao Xingjian expose à Bruxelles

Article publié le 26 mars 2015
Article publié le 26 mars 2015

Le Musée d’Ixelles accueille actuellement une grande rétrospective de l’œuvre picturale de Gao Xingjian. Une exposition poétique et envoûtante.

Inutile sans doute de présenter l'écrivain Gao Xingjian. Lauréat du Prix Nobel de littérature en 2000, il s’est fait connaître du grand public avec ses romans La Montagne de l’âme et Le livre d’un homme seul. Mais l’artiste français d’origine chinoise est aussi dramaturge, cinéaste et peintre.

Plusieurs années en camp de rééducation lors de la Révolution Culturelle

Gao Xingjian est né en 1940 à Ganzhou. Initié aux arts par sa mère, il fut d’abord traducteur avant de se tourner vers l’écriture et la peinture. Si ses créations originales et subversives rencontrent un certain succès auprès du public, elles sont loin d’être du goût du Parti Communiste chinois. Envoyé en camp de rééducation lors de la Révolution Culturelle, censuré, puis déclaré persona non grata dans les années 1980, Gao Xingjian n’a plus d’autre alternative que l’exil. Il s’installe alors en France en 1988 et obtient la nationalité française dix ans plus tard.

L’exposition du Musée d’Ixelles constitue à ce jour la rétrospective la plus complète de l’œuvre picturale de Gao Xingjian. Elle plonge le visiteur dans l’univers poétique de l’artiste et l’invite à la méditation.

« Un rôle d’évocation et de suggestion »

Pour donner vie à ses paysages et à ses silhouettes énigmatiques, Gao Xingjian utilise exclusivement de l’encre de Chine noire. Loin d’être sombre ou terne, le résultat de ce travail monochrome dégage une superbe luminosité. Sur papier ou sur toile, Gao Xingjian manie en virtuose l’encre. Il la module pour créer une multitude de nuances dans le noir. Ses dessins et tableaux, de formats très divers, s’intitulent L’Attente, Illusion, Ecroulement, Oubli ou encore La Méditation. Des titres volontairement abstraits et ambigus qui laissent une grande liberté d’interprétation et d’imagination au spectateur. L’évocation, la suggestion, c’est d’ailleurs le leitmotiv de Gao Xingjian dans son travail pictural.

Il est à noter qu’en plus de cette rétrospective, les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique présentent six œuvres monumentales de l’artiste franco-chinois. Voici donc une double opportunité de découvrir à Bruxelles une facette plus méconnue du Prix Nobel de littérature.

GAO XINGJIAN. Rétrospective au Musée d'Ixelles jusqu’au 31.05.2015