G20 à Hambourg : « Bienvenue en enfer »

Article publié le 11 juillet 2017
Article publié le 11 juillet 2017

« Quelles rues ? Nos rues ! Quelles rues ? Nos rues ! » Les manifestants ont peut-être tout donner pour faire entendre leur voix. Hambourg était totalement pris d'assaut par la police, durant le sommet du G20. Avenues désertées, omniprésence des véhicules et hélicoptères de police,  la ville s'est complètement transformée. « Bienvenue en enfer ».

La ville d'Hambourg s'est transformée en micro État policier durant le sommet du G20. Ce qui n'a pas plu à la population la plus jeune, bien décidée à en découdre. Pendant qu'Angela Merkel accueillait Vladimir Poutine, Emmanuel Macron, Recep Erdogan, Xi Jinping et Donald Trump, les rues n'étaient plus que des lieux d'arrestations, devenant de plus en plus violentes à mesure que la journée avançait. Jeudi, des voitures ont été brûlées tout autour d'Altona, à l'ouest d'Hambourg. Vendredi soir, les rues centrales de Sternschanze sont devenues le décor des appels « anti-G20 » qui résonnaient dans toute la ville.