Friendly Vilnius : où il fait bon d'être gay en Lituanie

Article publié le 24 juillet 2017
Article publié le 24 juillet 2017

Alors que la Lituanie est souvent critiquée pour ses préjugés homophobes, ses principales villes se sont rassemblées pour travailler à une société plus inclusive. La carte ouverte aux LGBTQ+, « FriendlyVilnius », a enfin été officiellement reconnue. Nous avons parlé à son créateur, Romas Zabarauskas, un réalisateur gay, à propos du projet et de ses ambitions. Prochain arrêt : Kaunas. 

cafébabel : La Lettonie, la Lituanie et la Pologne sont réputées pour être trois des pires pays en Europe en matière de tolérance vis à vis des homosexuel. Comment ça se passe quand on est gay en Lituanie, en 2017 ?

Romas Zabarauskas : C’est compliqué. Je me considère chanceux et privilégié. J’ai une famille et des collègues tolérants, je ne rencontre pas vraiment d’homophobie dans ma vie de tous les jours et je me sens assez en sécurité pour tenir la main de mon copain dans le centre-ville. J’ai entendu beaucoup d’histoires différentes. Je connais un adolescent gay qui a été battu puis chassé de chez lui par ses parents, parce qu'il est gay. Et je connais aussi quelques couples lesbiens qui élèvent leurs enfants. La vie n’est jamais noire ou blanche, mais nous avons besoin de changer la législation et le système éducatif pour que tout le monde puisse avoir les mêmes chances.

cafébabel : Vilnius vient juste d’approuver la carte « FriendlyVilnius » que tu as conçue. Ces cinq dernières années, quels changements as-tu constaté au cœur de la communauté LGBTQ+ de la ville ?

Romas Zabarauskas : Je dis toujours qu'en Lituanie, les choses changent à la fois en mieux et en pire. En mieux parce que nous avons de plus en plus de visibilité et de soutien, et c’est vraiment génial. En pire, car il existe encore des lois homophobes et transphobes, un manque d’éducation, et ça ne semble pas changer. Être reconnus par la ville était vraiment bien, et je pense que cela représente vraiment les valeurs de Vilnius.

cafébabel : Quand tu es allé demander pour la première fois à des commerces dans la ville s’ils accepteraient de coller le sticker arc-en-ciel sur leur vitrine, quelle a été leur réaction ?

Romas Zabarauskas : Une chaîne de cafés à la mode avait tellement peur du sticker qu’ils en avaient fait un eux-même (qu’ils ont gardé une semaine), disant qu’ils étaient accueillants avec tout le monde. Mais si vous êtes si accueillants, pourquoi avoir peur d’un arc-en-ciel ? D’un autre côté, nous avons reçu beaucoup d’appui de magasins qui étaient prêts à déclarer leur soutien à la communauté LGBTQ+. J’ai découvert que beaucoup de petit commerçants étaient des gens progressifs, heureux de pouvoir aider et qui veulent améliorer notre société.

cafébabel : FriendlyVilnius ne recommande pas seulement des spots pour la communauté LGBTQ+, mais aussi des lieux accessibles aux handicapés, aux vegans et acceptant les animaux de compagnie. Pourquoi ce mélange ?

Romas Zabarauskas : Nous avons pensé que le projet aurait plus de sens de cette manière. Après tout, tous les commerces en Lituanie doivent légalement être « accueillant envers les LGBTQ+ ». Nous voulions inclure plus de catégories afin d'éduquer les commerces avec l’aide de nos partenaires sociaux et les encourager à accommoder différents régimes alimentaires.

cafébabel : Tu es cité partout comme étant un  réalisateur « ouvertement gay ». Cette honnêteté te porte t-elle préjudice?

Romas Zabarauskas : On pourrait dire ça, car mon travail artistique a reçu beaucoup d’attention et était surveillé de prêt. Quand j’ai fait mon coming out en Lituanie, il n’y avait pas beaucoup d’autre personnes ouvertement gay. J’ai pris part à différents shows télévisés et ai donné des interviews sur mon histoire personnelle. Maintenant, il y a beaucoup plus de personnes qui peuvent endosser ce rôle, ce qui me permet de me concentrer sur mon art.

Le dernier film de Romas Zabarauskas, YOU CAN’T ESCAPE LITHUANIA vient de sortir en DVD/VOD aux États-Unis, Canada, Royaume-Uni, Irlande, France, Suisse et Belgique.

cafébabel : L’Estonie a approuvé les unions de même sexe ces dernières années. Penses-tu que cela va bientôt arriver en Lituanie ?

Romas Zabarauskas : Malheureusement non, parce que la plupart des politiciens lituaniens sont soit homophobes, soit des lâches hypocrites.

cafébabel : Quels sont les problèmes cruciaux que la Lituanie a encore à résoudre selon toi? 

Romas Zabarauskas : Légaliser le mariage et l’adoption pour les couples homosexuels, réformer la législation pour les transexuels, mettre en place des cours d’éducation sexuelle rationnels dans les écoles, changer la loi qui « protège les mineurs » et s’assurer que les lois contre les crimes de haine soient appliquées et pas juste écrites sur un bout de papier.

cafébabel : La loi a t-elle déjà interféré dans ton travail ?

Romas Zabarauskas : J’ai l’impression que mon travail sur des thèmes queer n’a jamais été censuré, de peur de la notoriété que cela m’attirerait. Malheureusement, tout le monde n’est pas aussi chanceux. C’est vraiment dommage que la publication d’un livre pour enfants contenant des histoires d’amour homosexuelles, Amber Heart, ai été arrêtée à cause de cette loi (la loi « anti-propagande, ndlr). C’est vraiment une honte que ce genre de loi puisse exister au sein de l’Union européenne.

__

Voila le top 5 des endroits les plus accueillant dans Vilnius, selon Romas.

Consulterfriendlyvilnius.com et leur page Facebook officielle.

---

Tu veux participer à cafébabel ? Tu peux. Envoie-nous tes idées d'articles comme elles viennent, ici